Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Des ultras au gardien de but de Liverpool : "Tes enfants méritent de mourir"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La chute de la monnaie turque s'invite dans la campagne

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"L'Italie cède au diktat de l'Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guy Forget : "C'est une nouvelle version du tournoi de Roland-Garros"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Irlande : le tabou de l'avortement enfin brisé ?

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

Afrique

Guillaume Soro prend son temps pour former un nouveau gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2010

Selon un de ses collaborateurs, le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro (photo) ne pourra pas former un nouveau gouvernement d'ici à lundi soir, comme le souhaitait le président Laurent Gbagbo après la dissolution de vendredi.

REUTERS - Le Premier ministre ivoirien, Guillaume Soro, ne formera pas un nouveau gouvernement d’ici lundi soir, comme le lui a demandé le président Laurent Gbagbo en annonçant la dissolution du gouvernement et de la commission électorale, a déclaré dimanche un de ses collaborateurs.

Laurent Gbagbo a annoncé les deux dissolutions vendredi à la suite d’un différend avec la commission sur l’enregistrement des électeurs.

« Je ne sais pas quand le Premier ministre sera prêt, mais ce ne sera pas demain ou mardi. C’est trop tôt et trop compliqué pour l’instant pour prendre une décision rapide », a déclaré un collaborateur du Premier ministre sous le sceau de l’anonymat.

La décision de Gbagbo aura pour effet de retarder encore une élection présidentielle qui aurait dû initialement se tenir il y a quatre ans et qui était prévue à la fin du mois ou début mars.

Or le scrutin est nécessaire pour mettre fin à plusieurs années d’instabilité et à l’impasse politique qui prévaut depuis la guerre de 2002-2003 qui a coupé en deux le pays, premier producteur mondial de cacao, laissant le Nord aux mains des rebelles.

De nombreux Ivoiriens craignent que des violences éclatent dans les prochains jours après l’appel à manifester lancé par des partis d’opposition qui ont fait savoir qu’ils ne reconnaissaient plus Gbagbo comme chef de l’Etat.

Gbagbo a accusé le chef de la commission électorale, Robert Mambé, membre de l’opposition, de tenter d’ajouter sur les listes électorales 429.000 personnes dont l’identité ivoirienne n’avait pas été vérifiée.

Les candidats d’opposition Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara accusent Gbagbo de créer délibérément des obstacles au scrutin pour se maintenir au pouvoir, accusation dont ils se défend.

Première publication : 15/02/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le président dissout le gouvernement et la Commission électorale

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'opposition dénonce le "coup d'État" de Gbagbo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)