Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Economie

Le président de la BCE tance la Grèce pour ses pratiques "aberrantes"

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2010

Jean-Claude Trichet se dit satisfait des engagements pris par les 27 dirigeants européens concernant la Grèce, dont il dénonce les pratiques budgétaires passées. Il assure avoir confiance en la solidité financière des autres pays de la zone euro.

AFP - Le président de la BCE Jean-Claude Trichet s'est dit satisfait dimanche des engagements européens sur la Grèce, tout en la tançant pour ses pratiques passées, et s'est montré serein quant à la solidité financière des autres pays de la zone euro.

La Grèce doit "corriger une trajectoire qui a été aberrante", a dit le président de la Banque centrale européen, invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Elle "doit renforcer la vérification de ses chiffres", a-t-il expliqué, ajoutant que livrer des statistiques mal vérifiées "n'aurait pas dû être toléré et n'est pas tolérable".

Cependant, il a jugé suffisants les engagements pris sur la Grèce par les 27 dirigeants européens jeudi à Bruxelles, réunis en sommet. "Ces engagements ça me suffit, c'est sérieux", a-t-il dit.

Questionné sur ses attentes de la réunion des ministres des Finances européens lundi et mardi à Bruxelles, il a répondu: "attendre que l'on mette en oeuvre le plan de redressement grec sous la surveillance des autres pays européens".

Ces derniers doivent entériner une série de mesures exceptionnelles pour ramener dans les clous le pays qui, avec ses déficits galopants et ses statistiques peu fiables, est considéré par les marchés comme le maillon faible de la zone euro.

Interrogé sur la santé financière d'autres nations de la zone euro, M. Trichet a précisé ne pas avoir "de raison de douter a priori de la sincérité et de la transparence" des comptes d'aucun pays européen.

"Je n'ai aucune raison a priori d'avoir des doutes sur aucun autre pays de la zone euro", a-t-il insisté, interrogé notamment sur l'Italie et l'Espagne.

"Nous avons un problème grec particulier (...), pour le reste, les pays ont leur plan, ont leur programme. Ces programmes ont été approuvés et (les pays) doivent les mettre en oeuvre ri-gou-reu-se-ment", a-t-il insisté.

Le président de la BCE s'est cependant "réjoui que les Européens se dotent des moyens de faire des investigations (sur la sincérité des comptes, NDLR) sur place le cas échéant".

Par ailleurs, M. Trichet a critiqué une France "toujours très dépensière" pour ses comptes publics, ajoutant qu'il s'agissait "malheureusement d'une position constante".

Interrogé sur la parité euro-dollar en baisse, M. Trichet s'est borné à répondre qu'il "appréciait le fait que les autorités américaines disent qu'un dollar fort est dans l'intérêt des Etats-Unis".
 

Première publication : 15/02/2010

COMMENTAIRE(S)