Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

Economie

Le président de la BCE tance la Grèce pour ses pratiques "aberrantes"

Vidéo par Nicolas GERMAIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2010

Jean-Claude Trichet se dit satisfait des engagements pris par les 27 dirigeants européens concernant la Grèce, dont il dénonce les pratiques budgétaires passées. Il assure avoir confiance en la solidité financière des autres pays de la zone euro.

AFP - Le président de la BCE Jean-Claude Trichet s'est dit satisfait dimanche des engagements européens sur la Grèce, tout en la tançant pour ses pratiques passées, et s'est montré serein quant à la solidité financière des autres pays de la zone euro.

La Grèce doit "corriger une trajectoire qui a été aberrante", a dit le président de la Banque centrale européen, invité du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Elle "doit renforcer la vérification de ses chiffres", a-t-il expliqué, ajoutant que livrer des statistiques mal vérifiées "n'aurait pas dû être toléré et n'est pas tolérable".

Cependant, il a jugé suffisants les engagements pris sur la Grèce par les 27 dirigeants européens jeudi à Bruxelles, réunis en sommet. "Ces engagements ça me suffit, c'est sérieux", a-t-il dit.

Questionné sur ses attentes de la réunion des ministres des Finances européens lundi et mardi à Bruxelles, il a répondu: "attendre que l'on mette en oeuvre le plan de redressement grec sous la surveillance des autres pays européens".

Ces derniers doivent entériner une série de mesures exceptionnelles pour ramener dans les clous le pays qui, avec ses déficits galopants et ses statistiques peu fiables, est considéré par les marchés comme le maillon faible de la zone euro.

Interrogé sur la santé financière d'autres nations de la zone euro, M. Trichet a précisé ne pas avoir "de raison de douter a priori de la sincérité et de la transparence" des comptes d'aucun pays européen.

"Je n'ai aucune raison a priori d'avoir des doutes sur aucun autre pays de la zone euro", a-t-il insisté, interrogé notamment sur l'Italie et l'Espagne.

"Nous avons un problème grec particulier (...), pour le reste, les pays ont leur plan, ont leur programme. Ces programmes ont été approuvés et (les pays) doivent les mettre en oeuvre ri-gou-reu-se-ment", a-t-il insisté.

Le président de la BCE s'est cependant "réjoui que les Européens se dotent des moyens de faire des investigations (sur la sincérité des comptes, NDLR) sur place le cas échéant".

Par ailleurs, M. Trichet a critiqué une France "toujours très dépensière" pour ses comptes publics, ajoutant qu'il s'agissait "malheureusement d'une position constante".

Interrogé sur la parité euro-dollar en baisse, M. Trichet s'est borné à répondre qu'il "appréciait le fait que les autorités américaines disent qu'un dollar fort est dans l'intérêt des Etats-Unis".
 

Première publication : 15/02/2010

COMMENTAIRE(S)