Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Moyen-orient

Téhéran met en garde l'Occident contre l'imposition de nouvelles sanctions

©

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/02/2010

Tout en affirmant que la porte du dialogue restait ouverte, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a promis de répondre fermement aux sanctions que les puissances occidentales menacent d'imposer à son pays.

REUTERS -  Le président Mahmoud Ahmadinejad a mis en garde la communauté internationale mardi contre l’imposition de nouvelles sanctions à l’Iran en raison de ses activités nucléaires et affirmé que la porte du dialogue sur ce sujet restait ouverte.

“Bien sûr, si quelqu’un agit contre l’Iran, notre réponse sera certainemement suffisamment ferme pour lui faire regretter. Les sanctions ne nuiront pas à l’Iran”, a affirmé le chef de l’Etat iranien lors d’une conférence de presse.

La veille, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a assuré que Washington souhaitait poursuivre le dialogue avec Téhéran mais a ajouté que Washington ne pouvait pas “rester les bras croisés” pendant que l’Iran mène un présumé programme nucléaire militaire clandestin.

Priée de dire si les Etats-Unis envisageaient d’attaquer l’Iran, elle a répondu: “Non,

nous avons l’intention de tenter de rassembler la communauté internationale pour qu’elle fasse pression sur l’Iran par le biais des sanctions adoptées par l’Onu, qui viseront tout particulièrement les entreprises contrôlées par les gardiens de la Révolution.”

Selon elle, les gardiens de la Révolution sont en train de supplanter le gouvernement en Iran et le pays risque de devenir une dictature militaire. “Nous voyons que le gouvernement iranien, le guide suprême, le président, le parlement sont évincés et que l’Iran va vers une dictature militaire.”

La porte n’est pas fermée

Ahamdinejad a déclaré “ne pas prendre ses commentaires au sérieux” et a fait valoir que le budget militaire américain était 80 fois plus élevé que celui de la République islamique.

Le président iranien a déclaré que la porte restait ouverte pour un échange d’uranium faiblement enrichi iranien avec les grandes puissances contre la fourniture de combustible plus raffiné, “y compris avec l’Amérique”.

Selon Mahmoud Ahmadinejad, l’Iran aurait préféré envoyer son uranium à l’étranger plutôt que l’enrichir lui-même, mais ses interlocuteurs n’étaient pas “de bonne volonté”. “Nous leur avons dit que s’ils ne nous en fournissent pas en temps voulu, nous commencerions à le faire nous-mêmes chez nous.”

Mais, a-t-il ajouté, la porte n’est pas fermée à un échange, “même maintenant”.

Première publication : 16/02/2010

  • ÉTATS-UNIS

    Hillary Clinton craint que l'Iran ne devienne une dictature militaire

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    L'Iran dit étudier une offre d'échange d'uranium de Moscou, Paris et Washington

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)