Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis - Cuba : "Somos todos americanos"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Cuba : la décision historique de Barack Obama

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba - USA : un jour historique"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

FRANCE

Bussereau : "Il faut avoir du temps à perdre sur Internet pour faire de mes propos sur les harkis un dérapage"

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 25/02/2010

A la traîne dans les sondages, le secrétaire d’État aux Transports, Dominique Bussereau, minimise la portée des polémiques qui émaillent la campagne en Poitou-Charentes, où il tente de ravir la présidence de région à la socialiste Ségolène Royal.

Malgré les sondages, Dominique Bussereau garde le sourire. Donné battu au deuxième tour en Poitou-Charentes par la présidente sortante socialiste Ségolène Royal, le candidat UMP estime "qu’il y a toujours une marge de progression quand on est challenger. Quand on est sortant, on est assis sur sa notoriété et sur sa

"L’électorat de centre-gauche traditionnel est quelque peu désarçonné par les méthodes particulières de Mme Royal"

connaissance des réseaux. Ça se joue toujours dans les derniers moments de la campagne. Cette progression peut se faire par la qualité des candidats et de leur campagne".

Pour le moment, cette dernière a pris une tournure plutôt violente. Début février, le maire socialiste d’Angoulême a ainsi comparé le mouvement des jeunes du parti de la majorité "aux jeunesses hitlériennes"  tandis que le maire UMP de Lagord lançait lors d’un meeting que Ségolène Royal gérait la région "de façon dictatoriale".

Dans le même temps, Dominique Bussereau s’est retrouvé dans le collimateur de ses adversaires pour avoir assimilé les candidats centristes du MoDem, ralliés à Ségolène Royal, à "des harkis". La semaine dernière, des partisans de l’ex-candidate à la présidentielle l’ont "accueilli" avec des pancartes "Insultes", "Mépris" et "150 000 morts" alors que le candidat visitait une usine.

"Il y a dérapage quand George Frêche ou le maire d’Angoulême disent certaines choses et ne s’en excusent pas"
"Il faut vraiment qu’il y ait beaucoup de gens qui aient du temps à perdre sur Internet ou sur Twitter pour en faire un dérapage", se défend le secrétaire d’État, qui s’est excusé "quelques minutes après" d'avoir "utilisé un mot à mauvais escient".

Heuliez s’invite dans la campagne

Dominique Bussereau a également été attaqué pour avoir critiqué l’attitude de Ségolène Royal dans le dossier Heuliez, un équipementier automobile de la région mis sous tutelle judiciaire dans l’attente d’un repreneur. L’ex-candidate à la présidentielle, qui l’accuse de l’avoir traitée de "menteuse", a même porté plainte contre lui en janvier dernier.

  "À un moment, j’ai dit que Mme Royal ne disait pas la vérité puisqu’elle omettait de rappeler que l’État était prêt à aider deux fois plus l’entreprise Heuliez que ne le faisait la région Poitou-Charentes. De temps en temps, quand on a en face de soi quelqu’un qui a beaucoup d’assurance et de fanfaronnade, il faut rappeler la réalité, ce qui n’est pas toujours agréable pour celle qui l’entend", explique sans remord le président du Conseil général de la Charente-Maritime.
 
L’Etat cherche actuellement un autre repreneur que celui désigné en juillet
"Le dossier Heuliez ne mérite pas d’être politisé"
2009, Bernard Krief Consulting (BKC), ce dernier n’ayant pas encore apporté au sous-traitant en difficulté les 15 millions d’euros qu’il avait promis. La région Poitou-Charentes a déjà injecté 5 millions d’euros, tandis que le gouvernement promet de verser 10 millions quand une solution sera trouvée.

Même si ce dossier hautement symbolique "ne mérite pas d’être politisé", comme le souhaite le Secrétaire d’Etat aux Transports, un déblocage de la solution d’ici à l’élection pourrait devenir un atout de poids en fin de campagne.

 

Première publication : 17/02/2010

  • RÉGIONALES - ANALYSE

    Pourquoi la gauche est-elle devenue spécialiste de la politique locale ?

    En savoir plus

  • RÉGIONALES

    Ségolène Royal en tête sur ses terres de Poitou-Charentes

    En savoir plus

  • Élections régionales 2010

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)