Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pierre Claver Mbonimpa blessé par balles à Bujumbura

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

Amériques

Regain de tension entre le Royaume-Uni et l'Argentine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/02/2010

Buenos Aires renforce le contrôle sur les bateaux se rendant aux Malouines, quinze jours après la décision de Londres d'autoriser le lancement des forages pétroliers au large de l'archipel.

AFP - L'Argentine a annoncé mardi le renforcement de ses contrôles sur les bateaux se rendant aux îles Malouines, en plein regain de tension avec la Grande-Bretagne au sujet de cet archipel qui a provoqué une guerre entre les deux pays en 1982.

Buenos Aires ne décolère pas depuis 15 jours contre la décision de Londres d'autoriser le lancement de forages pétroliers au large de ce petit archipel, composé de deux îles au fin fond de l'Atlantique sud.

Malgré sa défaite en 1982 lors d'une guerre qui coûta la vie à 649 soldats argentins et 255 britanniques, l'Argentine continue de revendiquer la souveraineté sur ces îles occupées depuis 1833 sous le nom de Falklands par la Grande-Bretagne.

Et Buenos Aires reproche à Londres de ne pas respecter les résolutions de l'ONU invitant les deux parties à reprendre leurs négociations sur l'avenir de l'archipel et à s'abstenir d'ici là de toute modification unilatérale des données en jeu.

"Nous souhaitons réaffirmer l'obligation de résoudre les différends entre la Grande-Bretagne et nous dans le cadre du droit international et des résolutions des Nations unies", a déclaré mardi la présidente argentine Cristina Kirchner.

Elle avait peu auparavant signé un décret établissant que "tout navire souhaitant se rendre à partir de ports situés en territoire argentin à des ports des îles Malouines ou traverser les eaux territoriales en direction de ces dernières" devra demander un permis aux autorités argentines.

Ces autorisations de navigation seront délivrées par une commission interministérielle et toutes les marchandises transportées d'un port argentin à l'archipel devront être déclarées, a précisé le chef du gouvernement argentin Anibal Fernandez.

"Les règles en vigueur dans les eaux territoriales argentines relèvent de la compétence des autorités argentines", a réagi le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Cela n'affecte pas les eaux territoriales des îles Falkland, qui sont contrôlées par les autorités de l'île", ajoute-t-il.

La semaine dernière, les autorités argentines avaient déjà bloqué le chargement à bord d'un navire battant pavillon étranger de tuyaux, destinés selon elles à être utilisés dans des forages pétroliers aux Malouines, à 500 km des côtes argentines.

Ce nouveau décret est publié quelques jours avant l'arrivée dans les Malouines de la plate-forme Ocean Guardian, qui effectuera des forages à 160 km au nord de l'archipel pour le compte de l'entreprise britannique Desire Petroleum.

Les eaux locales contiendraient environ 60 milliards de barils de pétrole, selon le quotidien britannique, The Guardian.

Le gouvernement argentin n'écarte pas de porter l'affaire devant la Cour internationale de Justice de La Haye, comme l'y poussent des responsables de provinces du sud du pays, dont celle de la Terre de Feu, à laquelle le Congrès a rattaché l'archipel de l'Atlantique sud le 9 décembre.

Cette mesure a été immédiatement rejetée par Londres.

L'Argentine, qui doit fêter en mai le bicentenaire de son indépendance, avait hérité les Malouines de l'Espagne en 1810. Elle y avait installé des autorités et un détachement militaire, expulsés par des forces britanniques en 1833.

La défaite de 1982 avait entraîné la chute du régime militaire argentin de l'époque, à l'origine du conflit.
 

Première publication : 17/02/2010

COMMENTAIRE(S)