Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Amériques

Washington nomme un ambassadeur à Damas, un poste vacant depuis 2005

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/02/2010

Alors que les Etats-Unis avaient rappelé leur ambassadeur en Syrie après l'assassinat de Rafic Hariri en 2005, Barack Obama a nommé mardi Robert Ford à ce poste - signe d'ouverture envers Damas. La nomination doit être approuvée par le Sénat.

AFP - Le réchauffement des relations entre les Etats-Unis et la Syrie s'est concrétisé avec la nomination d'un nouvel ambassadeur américain après cinq ans d'absence et des entretiens mercredi entre le président Bachar al-Assad et un haut responsable américain.

La visite à Damas de William Burns, sous-secrétaire d’Etat aux affaires politiques, survient alors que le président américain Barack Obama a nommé mardi le diplomate de carrière Robert Ford ambassadeur en Syrie, un poste resté vacant depuis cinq ans.

Après cette nomination, "il y a un signal clair qui montre que les Etats-Unis sont prêts à améliorer leurs relations (avec la Syrie) et à coopérer pour l'instauration d'une paix juste et globale entre Arabes et Israéliens", a affirmé à la presse M. Burns.

Si la nomination de M. Ford est approuvée par le Sénat, il deviendra le premier ambassadeur américain à Damas depuis que Washington avait rappelé son prédécesseur après l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri en février 2005, pour lequel la Syrie avait été pointée du doigt.

La Maison blanche veut que "les négociations avancent sur tous les volets", et que la paix et la stabilité s'instaurent dans la région, a ajouté M. Burns.

"J'ai transmis l'intérêt permanent du président Obama pour l'établissement de meilleures relations avec la Syrie, basées sur le respect et les intérêts mutuels", a-t-il ajouté.

L'émissaire américain a souligné que son entretien avec le président Assad l'avait rendu "optimiste" et que Washington et Damas "pouvaient réaliser des progrès ensemble dans l'intérêt des deux pays".

"Damas veut établir de bonnes relations avec les Etats-Unis qui contribueraient à instaurer la paix et la stabilité au Proche-Orient", a écrit le quotidien syrien al-Watan, proche du gouvernement.

Entre Washington et Damas, des relations sereines

Une nouvelle fois, le président Assad a souligné devant M. Burns "l'importance d'un rôle américain dans le processus de paix" et "la nécessité que les Etats-Unis adoptent une politique qui pousse Israël à accepter les exigences de la paix", a indiqué l'agence officielle Sana.

M. Burns a précisé que l'un des membres de la délégation l'accompagnant, Dan Benjamin, responsable au Département d'Etat pour la lutte contre le terrorisme, allait rester une journée de plus à Damas pour y avoir des entretiens.

Récemment, le journaliste Seymour Hersh pour le New Yorker avait révélé que les services secrets syriens avaient repris leur coopération avec la CIA américaine.

Depuis janvier 2009, Barack Obama, contrairement à son prédécesseur George W. Bush, s'efforce de se rapprocher de la Syrie considérée comme un acteur incontournable au Proche-Orient. En effet depuis plus d'un an les relations sont plus sereines, les menaces proférées contre Damas ayant cessé.

La Syrie veut s'engager dans des pourparlers de paix avec Israël pour récupérer le plateau du Golan conquis depuis 1967 par l'Etat hébreu, et signer un accord de paix.

Damas et Washington qui reconnaissent l'existense de dossiers épineux, affichent une volonté commune de "coopérer" sur les questions libanaise, irakienne et sur la paix.

"Nous avons parlé avec le président Assad des points de discorde mais nous avons également évoqué les points communs" sur lesquels nous pouvons avancer, a dit encore M. Burns à la presse.

La Syrie est accusée d'abriter des auteurs d'attentats en Irak, d'intervenir dans les affaires libanaises par son soutien au Hezbollah. Elle est également le partenaire stratégique de l'Iran que les Etats-Unis cherchent à isoler.

Première publication : 17/02/2010

COMMENTAIRE(S)