Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Un projet d'attentat jihadiste déjoué contre la Commission européenne à Bruxelles

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant russe Mikhaïl Khodorkovski lance un défi à Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Culture

La science lève le mystère de la mort de Toutankhamon

Vidéo par France 2

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 18/02/2010

Le légendaire pharaon Toutankhamon, mort il y a plus de 3 000 ans à l'âge de 19 ans, serait décédé d'une affection osseuse doublé de paludisme, selon une étude publiée aux États-Unis qui révèle également sa filiation, jusqu'ici incertaine.

Toutankhamon livre enfin ses secrets. Les causes de la mort du jeune pharaon disparu à 19 ans sans héritier, en 1324 avant notre ère, avaient jusqu’alors déchaîné les passions et les interprétations. Etait-il tombé d’un char, avait-t-il succombé à d’une septicémie, fut-il assassiné ? Plus de 3 000 ans après, l’ADN a parlé.

 
Le pharaon souffrait en fait de paludisme, facteur aggravant d’une affection détruisant les cellules osseuses héréditaire, d’après une étude publiée mardi aux Etats-Unis par le Journal of the American Medical Association (JAMA), du 17 février.
 
"Ces résultats laissent penser qu'une circulation sanguine insuffisante des tissus osseux, affaiblissant ou détruisant une partie de l'os, combinée au paludisme, est la cause la plus probable de la mort de Toutankhamon" et ce à la suite d'une fracture, écrit Zahi Hawass directeur du projet et responsable du Conseil suprême des antiquités égyptiennes depuis 2002.
 
Toutankhamon retrouve ses parents
 
En plus de lever le voile sur les causes du décès du pharaon légendaire, les scientifiques ont rendu ses parents à Toutankhamon. Les tests ADN sont sans appel : le jeune pharaon est bien le fils d’Akhénaton, dont il partage le groupe sanguin et plusieurs caractéristiques morphologiques.
 
Les réponses restent en revanche plus incertaines concernant sa filiation maternelle. S’agit-il de la légendaire Néfertiti, épouse d’Akhenaton, ou encore de Mayati, fille d’Akhenaton et donc mère et sœur de Toutankhamon ?
 
Les auteurs de la recherche se sont contentés de déterminer que la mère du jeune pharaon serait la momie identifiée sous le peu romantique matricule KV35YL. Ils ont aussi identifié sa grand-mère, la reine Tye, mère d'Akhenaton.
 
Les experts au Caire
 
Les chercheurs de l’équipe de Zahi Hawass se sont appuyés sur plusieurs méthodes, dont la radiologie et l'analyse d'ADN, pour cette recherche effectuée sur 16 momies dont celle de Toutankhamon.
 
Cette étude semble ouvrir la voie à une nouvelle approche de recherche en généalogie moléculaire et paléogénomique des agents pathogènes de la période pharaonique. Néanmoins, l’utilisation de l’ADN, devenu un outil précieux pour les recherches scientifiques en matière de parenté et de pathologie, n’est pas sans faille.
 
"La science, c’est l’esprit critique. On est tous d’accord sur le principe du test ADN. Mais les momies sont abîmées et les traces d’ADN sont fragiles et pas très tenues. D’autant que la radiographie peut modifier les empreintes", explique à France24.com Pascal Vernus, auteur du Dictionnaire amoureux de l’Egypte pharaonique.
 
Les conclusions de l’étude de Zahi Hawass méritent donc d’être "relativisées", précise l’égyptologue, qui réclame "des détails sur le protocole scientifique". Selon lui, la véritable avancée de ces recherches concerne finalement moins la filiation du pharaon que ses pathologies. 
 
"Que Toutankhamon soit le fils d’Akhenaton, on le savait déjà. Concernant sa filiation maternelle, j’attends d’en savoir plus. Qu’il soit mort du paludisme, j’en doute car on peut être porteur sain de la maladie. En revanche, les découvertes sur les carences osseuses de Toutankhamon sont une véritable avancée !", s’enthousiasme Vernus.
 
Toutankhamon, le pharaon "maudit", qui aurait porté malheur au britannique Howard Carter et son équipe qui l’ont découvert en 1922, momifié dans une tombe intacte de la vallée des rois aux côtés d’un fabuleux trésor, serait donc mort handicapé, atteint d’une maladie des os qui le faisait boiter. Un grand pas pour la science. Et une légende qui s’écroule…

Première publication : 18/02/2010

  • ARCHÉOLOGIE

    La France restitue à l'Égypte les fragments d'un tombeau exposés au Louvre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Des chercheurs élucident le mystère entourant la mort de Toutankhamon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)