Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Tension entre Israël et des pays européens après le meurtre d'un chef du Hamas

Vidéo par Mariam Pirzadeh

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 18/02/2010

Après Londres et Dublin, Paris et Berlin convoquent les ambassadeurs d'Israël au sujet de l'utilisation de passeports européens par les meurtriers d'un chef du Hamas à Dubaï. La police de l'émirat est sûre "à 99 %" de l'implication du Mossad.

Après Londres et Dublin, c’est au tour de Paris et Berlin de demander des comptes à Israël à propos de l’assassinat d’un chef du mouvement palestinien Hamas, Mahmoud al-Mabhouh, en janvier à Dubaï. Les auteurs du meurtre, suspectés d’appartenir au service de renseignement israélien, le Mossad, étaient détenteurs de passeports britanniques, irlandais, français et allemand.

"Nous demandons des explications à l'ambassade d'Israël en France sur les circonstances de l'utilisation d’un faux passeport français dans l'assassinat d'un membre du Hamas à Dubaï", a précisé jeudi midi Bernard Valero, porte-parole du Quai d’Orsay.

Les ambassadeurs israéliens en Irlande et en Grand-Bretagne ont également été "invités" jeudi matin à s’expliquer devant les autorités britannique et irlandaise. "L’utilisation de faux passeports constitue un incident extrêmement sérieux", a estimé jeudi Michael Martin, ministre irlandais des Affaires étrangères. Mercredi, le Premier ministre britannique Gordon Brown avait annoncé l’ouverture d’une enquête sur cette affaire.

Dirigeant des brigades Ezzedine al-Qassam

Mahmoud al-Mabhouh a été retrouvé mort, le 20 janvier, dans sa chambre d’hôtel à

Dubaï. Le Palestinien, âge de 50 ans, était l’un des dirigeants et fondateurs de la branche armée du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam. Activement recherché par les services secrets israéliens, il avait fui Gaza pour s’installer en Syrie en 1989.

Onze personnes - dix hommes et une femme - munis de passeports européens (six britanniques, trois irlandais, un français et un allemand), ont été identifiées le 15 février par la police de Dubaï comme étant les auteurs du meurtre. Les onze ont été inscrits par Interpol à la liste rouge des personnes les plus recherchées.

Pour la plupart des journaux israéliens, le Mossad se trouve derrière l’assassinat du dirigeant du Hamas. Le quotidien de gauche "Haaretz" est allé jusqu’à s’interroger sur la manière dont Israël peut "justifier de porter atteinte à des relations avec des pays européens amis en utilisant leurs passeports pour tuer Mahmoud [al-Mabhouh]".

"Un lien clair" entre les suspects et Israël

Avigdor Lieberman, le ministre israélien des Affaires étrangères, a mollement contesté mercredi l’implication des services secrets israéliens dans l’assassinat. "Il n’y a aucune raison de penser qu’il s’agissait du Mossad israélien", a-t-il déclaré mercredi, avant d’ajouter : "Nous n’avons aucune raison d’être inquiet."

Pourtant, jeudi, dans le journal du gouvernement émirati "The National", la police de Dubaï a formellement accusé le Mossad. "Les indices dont dispose la police de Dubaï montrent un lien clair entre les suspects et des gens en relation directe avec Israël. Il est certain à 99 %, sinon à 100 %, que le Mossad est derrière le meurtre de Mahmoud al-Mabhouh", a affirmé le chef de la police, Dhahi Khalfan.

Le 5 février, le général Khalfan avait déclaré qu’il lancerait un mandat d’arrêt contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’il était prouvé que le Mossad était responsable de la mort de Mahmoud al-Mabhoub. Les Emirats arabes unis étaient jusqu’à présent l’un des seuls Etats du monde arabe à entretenir des liens pacifiques avec Israël.

Première publication : 18/02/2010

  • DUBAÏGATE

    Londres et Dublin demandent des comptes à Israël après le meurtre d'un chef du Hamas

    En savoir plus

  • DUBAÏGATE

    Meurtre d'un chef du Hamas, Israël reste flou sur son implication

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)