Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 18/02/2010

La visite qui irrite Pékin

Les lobbys américains restent les principaux soutiens à la cause du Tibet libre. L'association des étudiants pour un Tibet Libre (the Students for a Free Tibet), le groupe de militants le plus actif à Dharamsala, est pratiquement exclusivement financé par les Etats-Unis.

Dharamsala - Washington : destins liés

Aux pieds de l’Himalaya, Dharamshala, le fief du Dalaï Lama, se réveille. Des les rues désertes, les derniers retardataires se pressent. Ils vont au temple. Pendant plusieurs jours, des milliers de réfugiés vont célébrer le nouvel an. Mais depuis les émeutes de Lhassa il y a 2 ans, la fête est sobre. Dans la foule en prière, nous rencontrons Porong Dorjee. Il a fui le Tibet il y a 45 ans. et vit désormais à Dharamshala. Il nous explique pourquoi la fête est dépouillée: « D’habitude, on célèbre le nouvel an avec des danses et des chants, mais à cause de l’occupation chinoise, on a décidé de porter le deuil. »

Les prières se terminent. Il est 12h. A la sortie du temple, des activistes sont en train de distribuer des drapeaux du Tibet. Ils clament haut et fort que le combat pour un Tibet libre doit continuer:
« Ca c’est notre drapeau national, c’est le symbole de notre résistance et de notre combat pour la liberté. Au Tibet, c’est illégal de le montrer.", nous dit Tenzing Choeying, le coordinateur national en Inde de "Students for a Free Tibet".

Tenzing est tibétain mais son organisation, a été créée aux Etats-Unis. Malgré les 12 000 kilomètres qui séparent New York de l’Inde, la présence américaine ici est réelle. ONG, posters d’Obama et activistes américains, comme Victoria, qui a décidé de passer sa retraite à Dharamshala. Les mains pleines de cartes sur lesquelles est marqué "I LOVE TIBET", elle nous explique:
« Ces cartes sont envoyées à Obama pour son rendez-vous avec le Dalaï Lama, un rendez-vous auquel il s’est engagé ».

La foule se disperse. La campagne de sensibilisation est désormais terminée. Nous retrouvons Tenzing dans les rues de la ville et le suivons jusqu'à ses locaux de l'organisation. Il veut nous montrer des photos, celles d’un des camps de formation qui s’est tenu ici en Inde l’année dernière, et qui met en scène des américains. Tenzing ne s'en cache pas: les Etats unis sont derrière lui: « Nous avons différents formateurs qui viennent dans nos camps. Certains d’entre eux sont des américains, des activistes environnementaux. D’autres viennent de notre siège social à New York. Ils viennent ici nous former. »

Des activistes américains apprennent aux Tibétains la lutte non violente. Mais la coopération est encore plus pointue. Des informaticiens font aussi le déplacement:
« Tous les jours on a des virus informatiques, la Chine essaye de voler notre liberté même ici, et c’est pour cela que nos amis qui maitrisent l'informatique et internet viennent en Inde pour nous former," renchérit Tenzing.

L’aide est aussi financière. 70% du budget du gouvernement tibétain en exil vient de l’étranger… et l’Etat américain est le plus gros donateur. Environ 3 millions d’euros par an sont envoyés des Etats-Unis. Des chiffres que les autorités tibétaines donnent officieusement mais refuse d'assumer.

Nous rencontrons Mrs. Kesang Yangkyi Takla, la Ministre des Affaires étrangères du gouvernement tibétain en exil. Lorsque nous lui demandons si les autorités tibétaines reçoivent de l'aide financière des Etats-Unis, le malaise s'installe:
« Non, non, aucune aide dans le domaine politique. Nous nous occupons de l’administration du gouvernement en exil. Nous n’avons besoin d’aide que pour l’éducation, pour la santé, ou pour les programmes de réinstallation des réfugiés dans les camps. » nous dit-elle.

Ce n'est pas la première fois que le Dalaï Lama sera reçu par un président américain...Mais Pekin supporte mal cette rencontre trois mois après la visite de Barack Obama en Chine.
 

Emission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett

Par Joris Zylberman

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/10/2014 Kurdes

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

Le siège de Kobané par l'organisation de l'État islamique affecte la Turquie. Les Kurdes en veulent à Ankara après sa décision de ne pas intervenir dans cette ville, facilitant...

En savoir plus

16/10/2014 Hong Kong

Hong Kong : Pékin tente de neutraliser les aspirations démocrates

La "révolution des parapluies" a commencé voilà trois semaines à Hong Kong. Les manifestants sont certes moins nombreux qu'au début du mouvement, mais les plus déterminés...

En savoir plus

17/10/2014 Afrique

Cameroun : infertilité en terre de surnatalité

Alors que l'Afrique sub-saharienne reste la région du monde avec le plus fort taux de natalité, elle est, paradoxalement, celle qui a également le plus fort taux d'infertilité....

En savoir plus

15/10/2014 Mozambique

Le Mozambique, un eldorado à deux vitesses

Le Mozambique, où se tiennent le 15 octobre des élections générales, est désormais synonyme d’eldorado des matières premières. Une campagne de prospection a ainsi révélé que le...

En savoir plus

14/10/2014 Corée du Sud

Corée du Sud : faut-il réformer le service militaire obligatoire?

En Corée du Sud, chaque année, plus de 250 000 jeunes Sud-coréens rejoignent les casernes pour deux ans de service militaire obligatoire. Face à la menace de la Corée du Nord,...

En savoir plus