Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Afrique

Guillaume Soro obtient un délai de 48 heures pour former un gouvernement

Dernière modification : 19/02/2010

Le Premier ministre ivoirien, Guillaume Soro, vient d'obtenir 48 heures supplémentaires pour former un nouveau gouvernement. De son côté, l'opposition poursuit ses manifestations contre la dissolution du gouvernement par le président Laurent Gbagbo.

AFP - Le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro a obtenu jeudi 48 heures de sursis pour former son nouveau gouvernement, pendant que l'opposition a poursuivi ses manifestations, parfois émaillées de violences, contre la dissolution du gouvernement par le président Laurent Gbagbo.

Le chef de l'Etat "a bien voulu accorder les 48 heures supplémentaires (demandées) pour que le Premier ministre puisse finaliser le gouvernement", a dit M. Soro, après une réunion avec M. Gbagbo dans la capitale politique Yamoussoukro.

Dirigeant de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN), Guillaume Soro a été reconduit au poste de Premier ministre après la dissolution fracassante vendredi du gouvernement et de la Commission électorale indépendante (CEI).

Le nouveau gouvernement aura pour tâche de conduire la Côte d'Ivoire à un scrutin présidentiel reporté depuis la fin du mandat de M. Gbagbo en 2005, et censé clore la crise née du coup d'Etat manqué de 2002, qui a coupé le pays en un nord rebelle et un sud loyaliste.

"Nous ferons tout ce qu'il faut pour que personne ne soit laissé de côté", a promis M. Soro, alors que les discussions achoppent sur la participation de l'opposition.

Réunie au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), elle a lié son retour au gouvernement à un "rétablissement" de la CEI.

Le Premier ministre "va chercher à obtenir l'entrée du RHDP", a confirmé son entourage, jugeant toutefois "pas possible" de répondre à "la surenchère" des opposants.

L'opposition soupçonne le chef de l'Etat de vouloir reprendre en main la CEI - qu'elle dominait jusque-là - à la faveur de la crise qui a emporté cette structure et son président RHDP, accusé par le camp Gbagbo de "fraude" sur la liste des votants.

La mise en place en 2005 de la CEI avait été endossée par l'accord de paix signé en 2007 à Ouagadougou, qui avait débouché sur le gouvernement d'"union nationale" de M. Soro.

Dans un communiqué lu dans la soirée à la télévision, le président Gbagbo a invité "au calme et à la sérénité" et à "ne rien faire qui puisse entraver le processus de sortie de crise".

Le mouvement de jeunesse du RHDP a promis que les "marches éclatées" des derniers jours pour protester contre la double dissolution se multiplieraient ce week-end.

Après avoir pris de l'ampleur la veille, elles ont parfois donné lieu jeudi à de nouveaux incidents.

A Bondoukou (est), des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, qui ont recouru à des gaz lacrymogènes, auraient fait des blessés dans les deux camps, selon des habitants.

Sakassou (centre) a également été le théâtre d'échauffourées, ont raconté des témoins.

A Bouaké (centre), fief des FN, la grande voie qui traverse la ville a été barrée avec des morceaux de bois et des pneus enflammés, aux cris d'"on veut pas Gbagbo".

A Abidjan, dans le quartier populaire d'Adjamé, des manifestants ont dressé des barricades avant d'être dispersés, a-t-on appris de source policière. Deux autobus ont été caillassés, selon la société de transport public.

Les marches à Béoumi (centre) comme à Odienné (extrême nord) se sont déroulées sans heurts, ont dit témoins et militants.

La crise à la CEI et la double dissolution ont renvoyé à une date indéterminée la présidentielle. Elle était prévue "fin février-début mars", selon le dernier calendrier.


Première publication : 19/02/2010

  • CÔTE D'IVOIRE

    Après la dissolution du gouvernement, des incidents éclatent dans les rues d'Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le Premier ministre Soro reporte la formation du nouveau gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)