Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

À Washington, l'expérience "Game of Thrones" autour d'un cocktail

En savoir plus

Amériques

Décès de l'ancien secrétaire d'État Alexander Haig

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/02/2010

Alexander Haig s'est éteint à l'hôpital John-Hopkins de Baltimore à l'âge de 85 ans. Cet ancien militaire, devenu secrétaire général de la Maison Blanche à l'époque du Watergate, avait occupé la tête de la diplomatie américaine sous Ronald Reagan.

REUTERS - Alexander Haig, ancien général devenu secrétaire général de la Maison blanche à l’époque du scandale du Watergate, et secrétaire d’Etat sous Ronald Reagan, est décédé samedi à l’âge de 85 ans.

Haig avait tenté sans succès d’obtenir l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle de 1988, finalement remportée par George Bush senior.

Un porte-parole de l’hôpital John Hopkins de Baltimore a annoncé sans autre précision qu’Alexander Haig s’était éteint samedi matin.

Confiant à ses amis que « lorsque votre président vous le demande, vous le faites », Haig avait démissionné à contrecoeur de ses fonctions de chef d’état-major adjoint de l’armée, en mai 1973, pour devenir secrétaire général d’une Maison blanche alors en pleine tourmente.

Il est l’une des rares personnalités à être sorties indemnes du scandale et il est crédité d’avoir réussi à convaincre Nixon d’éviter de poursuivre une bataille avilissante contre une destitution annoncée en devenant le premier président des Etats-Unis à démissionner.

Haig a commandé l’Otan de 1974 à 1979 et il a été nommé secrétraire d’Etat par Ronald Reagan en 1981. Il a occupé ces fonctions pendant 18 mois et il les a quittées en juin 1982 après une série de différends avec le personnel de la Maison blanche.

Il ne cherchait guère à dissimuler son mépris pour l’entourage de Reagan, ce que ses détracteurs ont qualifié d’arrogance.

« Je pense que ma dernière expérience au gouvernement m’a convaincu que je pourrais faire mieux », a-t-il dit des années plus tard en briguant l’investiture républicaine dans la course à la Maison blanche.

Né le 2 décembre 1924 à Philadelphie, Alexander Haig est entré à l’académie militaire de West Point et a passé la Seconde Guerre mondiale comme cadet. Il a ensuite participé aux guerres de Corée et du Vietnam.

Il est sorti du rang en 1962 lorsque, alors lieutenant-colonel, il est devenu assistant du secrétaire à la Défense, Robert McNamara.

Il a ensuite été choisi en 1969 comme adjoint de Henry Kissinger au Conseil de sécurité nationale.

Nixon l’a récompensé de ses services à ce poste en le nommant chef d’état-major adjoint, mais il ne l’est resté que quatre mois avant d’être rappelé à la Maison blanche.

Première publication : 20/02/2010

COMMENTAIRE(S)