Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Moyen-orient

Les avocates saoudiennes pourraient bientôt plaider devant les tribunaux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/02/2010

Selon la presse saoudienne, les avocates pourraient bientôt être autorisées à intégrer les prétoires. Une première dans un royaume qui applique une stricte séparation des sexes.

AFP - L'Arabie saoudite, royaume ultraconservateur, pourrait autoriser les avocates à plaider devant les tribunaux, rapporte dimanche la presse, en citant le ministre de la Justice, Mohammed al-Issa.

Le ministre a indiqué que son département était en train de préparer une réglementation pour permettre aux avocates de plaider dans certaines affaires familiales.

Selon la presse, les avocates pourraient représenter devant les tribunaux des femmes dans les affaires de divorce, de garde d'enfants ou de pension.

Actuellement, les avocates en Arabie saoudite, qui applique une stricte séparation des sexes conformément à la charia, la loi islamique, n'exercent que dans les services de justice strictement réservés aux femmes.

Tous les juges sont des hommes dans le royaume.

Une réforme de la justice est en cours avec la création de tribunaux spécialisés comme dans les affaires familiales, là où les avocates seraient autorisées à exercer.

 

Première publication : 21/02/2010

COMMENTAIRE(S)