Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

Moyen-orient

Les avocates saoudiennes pourraient bientôt plaider devant les tribunaux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/02/2010

Selon la presse saoudienne, les avocates pourraient bientôt être autorisées à intégrer les prétoires. Une première dans un royaume qui applique une stricte séparation des sexes.

AFP - L'Arabie saoudite, royaume ultraconservateur, pourrait autoriser les avocates à plaider devant les tribunaux, rapporte dimanche la presse, en citant le ministre de la Justice, Mohammed al-Issa.

Le ministre a indiqué que son département était en train de préparer une réglementation pour permettre aux avocates de plaider dans certaines affaires familiales.

Selon la presse, les avocates pourraient représenter devant les tribunaux des femmes dans les affaires de divorce, de garde d'enfants ou de pension.

Actuellement, les avocates en Arabie saoudite, qui applique une stricte séparation des sexes conformément à la charia, la loi islamique, n'exercent que dans les services de justice strictement réservés aux femmes.

Tous les juges sont des hommes dans le royaume.

Une réforme de la justice est en cours avec la création de tribunaux spécialisés comme dans les affaires familiales, là où les avocates seraient autorisées à exercer.

 

Première publication : 21/02/2010

COMMENTAIRE(S)