Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Sport : à quand la parité ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Colorado : la ruée vers le cannabis

En savoir plus

MODE

Mode masculine hiver 2015 à Paris, les libertés d'expression triomphent

En savoir plus

FOCUS

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Manchester City-Côte d'Ivoire au Mondial : Yaya Touré se confie à FRANCE 24

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération des humanitaires à Bangui : Le chef anti-balaka Andilo ne sera pas relâché

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Abdallah, "grand défenseur des femmes" selon Christine Lagarde

En savoir plus

TECH 24

Alan Turing, le casseur de codes

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Lassana Bathily, un héros désormais français

En savoir plus

Moyen-orient

Les avocates saoudiennes pourraient bientôt plaider devant les tribunaux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/02/2010

Selon la presse saoudienne, les avocates pourraient bientôt être autorisées à intégrer les prétoires. Une première dans un royaume qui applique une stricte séparation des sexes.

AFP - L'Arabie saoudite, royaume ultraconservateur, pourrait autoriser les avocates à plaider devant les tribunaux, rapporte dimanche la presse, en citant le ministre de la Justice, Mohammed al-Issa.

Le ministre a indiqué que son département était en train de préparer une réglementation pour permettre aux avocates de plaider dans certaines affaires familiales.

Selon la presse, les avocates pourraient représenter devant les tribunaux des femmes dans les affaires de divorce, de garde d'enfants ou de pension.

Actuellement, les avocates en Arabie saoudite, qui applique une stricte séparation des sexes conformément à la charia, la loi islamique, n'exercent que dans les services de justice strictement réservés aux femmes.

Tous les juges sont des hommes dans le royaume.

Une réforme de la justice est en cours avec la création de tribunaux spécialisés comme dans les affaires familiales, là où les avocates seraient autorisées à exercer.

 

Première publication : 21/02/2010

COMMENTAIRE(S)