Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigéria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Déficit public : la France tiendra-t-elle ses engagements?

En savoir plus

  • Naufrage d’un ferry en Corée du Sud : des centaines de disparus

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

  • Amnesty International accuse l'Algérie de violer les droits de l'Homme

    En savoir plus

FRANCE

L’affaire Soumaré suscite l’embarras en Ile-de-France

©

Texte par Benjamin DODMAN

Dernière modification : 25/02/2010

Plombée par les sondages, l’UMP s’en est prise de nouveau à un candidat socialiste en Val-d’Oise, qualifié de "délinquant". Alors que la campagne dérape, le PS s’étonne que des élus de droite aient accédé à des documents réservés à la magistrature.

La campagne des régionales s’embrase en Ile-de-France, où l’UMP, à la traîne dans les sondages, a qualifié Ali Soumaré, tête de liste socialiste en Val-d’Oise, de "délinquant multirécidiviste chevronné". Décidément, le candidat d’origine malienne, déjà comparé le 28 janvier à "un joueur de l’équipe réserve du PSG", pose problème à certains. 

Pour "Le Figaro", "Ali Soumaré embarrasse le PS" ; Mais pour "Le Monde", c’est surtout l’UMP qui est "embarrassée". Ce qui est sûr, c’est que le maire UMP de Franconville, Francis Delattre, auteur de la plaisanterie footballistique du mois dernier, a fait de Soumaré sa tête de Turc. Piqué par les accusations de racisme qui ont suivi sa première sortie, l’élu de droite a surenchérit le 19 février, adressant à la presse un inventaire de délits qu’auraient commis le socialiste. Francis Delattre fait état de deux "vols aggravés", de "conduite sans permis de conduire", de "rébellion à agents de la force publique" et de "violences ayant entraîné une interruption de travail de huit jours". 

Appuyé par Axel Poniatowski, tête de liste UMP dans le Val-d’Oise, Francis Delattre a invité le président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, à retirer la candidature de Soumaré. 

Climat délétère 

Le principal intéressé, ancien porte-parole des familles des deux adolescents tués en 2007 à Villiers-le-Bel lors d’un accident avec une voiture de police, a annoncé lundi qu’il porterait plainte pour diffamation. Autour de lui, les socialistes franciliens font bloc. Dans un message posté sur le réseau Twitter, Anne Hidalgo, tête de liste socialiste à Paris, a dénoncé un "acharnement" et une "diabolisation" orchestrés par le maire de Franconville. 

Jean-Paul Huchon, lui-même condamné en 2007 à une peine de six mois de prison avec sursis et à une amende de 60 000 euros pour prise illégale d'intérêts, a fustigé une "campagne de caniveau", source de "racisme, de populisme et de démagogie". 

A droite, la tête de liste UMP en Ile-de-France, la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse, est restée prudente, rappelant que l’affaire devait être replacée "dans le contexte d’une campagne dans le Val-d’Oise très violente". Même son de cloche du côté de son lieutenant à Paris, Chantal Jouanno, qui déplore une campagne qu’elle "n’aime pas beaucoup, depuis le début". 

Complaisances judiciaires ? 

Si les socialistes franciliens se sont empressés de défendre leur candidat, à Solferino, où plane un certain malaise, on préfère déplorer la méthode employée à droite pour dénicher des informations normalement réservées à la magistrature. 

Selon le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre, qui s’exprimait lundi matin sur RTL, "il suffit d'aller sur Internet" ou "au greffe du tribunal" pour vérifier les informations sur le passé judiciaire de Soumaré. 

Or, dans des propos recueillis par "Le Monde", l’avocat de Soumaré, Jean-Pierre Mignard, soutient que les faits cités "ne figurent pas dans le casier judiciaire d’Ali Soumaré", à l’exception de la condamnation du 9 décembre 2002 pour "vol aggravé", pour laquelle il y aurait "probablement prescription". 

Les élus de l’UMP auraient-ils eu accès à plus que le bulletin n°2 – le seul accessible à un tiers, pourvu que la demande soit faite par une autorité administrative – du casier judiciaire du candidat socialiste ? Et si oui, par quel intermédiaire ? 

Selon Philippe Bilger, avocat général auprès de la cour d’appel de Paris, interrogé par FRANCE 24, "le casier intégral n’est pas accessible, sauf aux autorités judiciaires". Aussi, ajoute-t-il, les informations diffusées sur le candidat PS "n’ont pu être obtenues qu'à la suite d'une complaisance policière ou judiciaire coupable". 

L’affrontement entre PS et UMP profitera-t-il aux autres partis ? Rien n’est moins sûr, estime la tête de liste des Verts en Ile-de-France, Cécile Duflot, pour qui la "désolante" passe d’armes autour de Soumaré ne peut qu’enfler les rangs des abstentionnistes, déjà attendus "à 60%".

 

Première publication : 22/02/2010

  • RÉGIONALES

    L'Alsace, terreau fertile pour une poussée verte

    En savoir plus

  • RÉGIONALES

    Bussereau : "Il faut avoir du temps à perdre sur Internet pour faire de mes propos sur les harkis un dérapage"

    En savoir plus

  • RÉGIONALES - ANALYSE

    Pourquoi la gauche est-elle devenue spécialiste de la politique locale ?

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)