Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

Sports

Bordeaux bat l'Olympiakos au Pirée, Barcelone ramène le nul de Stuttgart

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/02/2010

Les Bordelais, grâce à une tête de Ciani (photo), se sont imposés en 8e de finale de la Ligue des champions en Grèce face à l'Olympiakos (0-1). Les Espagnols de Barcelone ont peiné à ramener le nul d'Allemagne contre le VFB Stuttgart (1-1).

AFP - Bordeaux a fait un grand pas vers la qualification pour les quarts de finale de la Ligue des champions en l'emportant à l'extérieur sur l'Olympiakos (1-0) grâce à sa domination et à son réalisme, mardi en 8e de finale aller au Pirée, le port d'Athènes.

"Come as you are", chantait Nirvana dans le stade avant le match. Et Bordeaux est venu tel qu'il est: appliqué, méticuleux. Limite ennuyeux... Car il manque peut-être au Bordeaux 2010 un peu de folie.

Laurent Blanc avait dit la veille que "les matches de Coupe d'Europe, ou ça annihile les moyens ou ça les décuple". Faux. Bordeaux est resté Bordeaux. Mais pour le meilleur au Pirée.

Les Girondins avaient encaissé beaucoup de buts cette année. D'où l'attention portée à solidifier la défense, qui n'a pris que deux buts cette saison en C1. Dont un contre son camp de Ciani. Et c'est lui justement qui, d'une tête à la réception d'un coup franc de Gourcuff, marquait ce but si important, au meilleur moment, à quelques secondes de la pause (45e+2).

Bordeaux, grand favori de la confrontation, a globalement dominé les débats et assumé son statut. Un jeu clinique qui n'a pas abouti à pléthore d'occasions: aucune pour Chamakh, quelques frappes non cadrées pour Wendel (32e, 38e, 81e), un tir puissant de Fernando repoussé par Nikopolidis (26e) et une autre tête de Ciani, non cadrée celle-là (52e).

Maladresse grecque

Sané était attendu en tant que doublure d'Alou Diarra, la "Sentinelle" blessée. Et Sané a été au niveau. Tout comme Fernando, précieux pour bloquer les contre-attaques du Pirée, tandis que Gourcuff n'a pas trouvé les solutions offensives. A l'exception, et elle est de taille, de son coup franc pour Ciani. Lequel fut sans doute l'homme du match: le défenseur central a sans cesse jailli, et les Grecs ont failli.

Alors que, sans avoir la maîtrise du ballon, les occasions étaient plus franches de leur côté. Trois surtout: une tête plongeante plus difficile à expédier au-dessus de la barre qu'en dessous (58e); mais c'est pourtant ce que Maresca fit (58e).

Puis une frappe de Lua Lua qui ratait le cadre au bout d'une contre-attaque et en face à face avec Carrasso (82e). Et enfin une tête à bout portant de Mellberg repoussée par un réflexe de Carrasso (90e+3). Un manque de chance ou d'adresse, la question sera soupesée dans les jours qui viennent en Grèce.

La sono avait pourtant diffusé "Welcome to the jungle", des Guns N'Roses, avant la partie. Un stade Karaiskakis bondé, tout rouge, qui chante à l'unisson pour une ambiance infernale... mais sur le terrain, point d'enfer. Olympiakos n'était pas vraiment en forme olympique.

Et les lauriers vont à Bordeaux. Laurent Blanc avait dit que l'équipe allait lui "donner un signal très fort pour le restant de la compétition en Ligue des champions, mais aussi pour toutes les échéances qui nous attendent d'ici la fin de saison". Signal reçu?

Première publication : 24/02/2010

COMMENTAIRE(S)