Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

FRANCE

Le socialiste Didier Migaud nommé à la tête de la Cour des comptes

Vidéo par Roselyne FEBVRE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/02/2010

Le député socialiste Didier Migaud a été nommé premier président de la Cour des comptes. L'actuel président de la commission des finances de l'Assemblée nationale succède au gaulliste Philippe Séguin, décédé en janvier.

AFP - Le socialiste Didier Migaud, président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale a été nommé mardi en Conseil des ministres Premier président de la Cour des Comptes, en remplacement de Philippe Séguin, a annoncé la ministre de l'Economie Christine Lagarde.

M. Migaud succède à Philippe Séguin, décédé le 7 janvier dernier d'une crise cardiaque à son domicile parisien. Ce dernier, qui se faisait fort d'être le "poil à gratter" de l'Etat, s'était efforcé depuis sa nomination à la tête de l'institution en 2004, de la dépoussiérer et de la rendre plus proche des préoccupations des Français.

Premier membre du gouvernement interrogé par la presse à la sortie du Conseil des ministres, Mme Lagarde a répondu "oui" à la question de savoir si Didier Migaud avait bien été nommé à la tête de la Cour des comptes par décret présidentiel.

Plusieurs de ses collègues ont ensuite confirmé.

"C'est un signe de reconnaissance de la compétence, de l'indépendance et du caractère", a déclaré Martin Hirsch, le Haut-Commissaire à la Jeunesse, à propos du député PS de l'Isère, juriste de formation devenu spécialiste de la technique budgétaire.

La Cour des Comptes

La Cour a pour mission de veiller au « bon emploi des deniers publics », c’est-à-dire aux dépenses de l’Etat, incluant toutes les administrations, les organismes publics ou encore la sécurité sociale.

Le contrôle porte sur la qualité et la régularité de la gestion, sur l’efficience et sur l’efficacité des actions menées au regard des objectifs fixés.

Le Premier président de la Cour des Comptes est un magistrat inamovible, il est nommé par décret pris en Conseil des ministres.

 

De son côté, Pierre Lellouche, le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, a jugé "formidable", "preuve de maturité politique", que le président Sarkozy "arrive à nommer un homme de gauche éminent qui fait bien son boulot".

"Je vous signale qu'on a été les premiers à nommer Didier Migaud à la tête de la commission des Finances et ensuite qu'on le prenne pour piloter la Cour des comptes, alors même que c'est la Cour des comptes qui contrôle désormais cette maison, c'est-à-dire l'Elysée, je trouve que c'est drôlement bien", a-t-il encore fait valoir.

Qui le remplacera ? "C'est aux socialistes de le décider!", a répondu Pierre Lellouche, confirmant que la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée nationale resterait entre les mains d'un député socialiste.

Le ministre de l'Immigration Eric Besson (ex-PS) a rappelé avoir travaillé par le passé au côté de Didier Migaud, "quelqu'un d'ouvert, d'intelligent, de compétent, de rigoureux". "C'est une belle nomination. C'est aussi un bel exemple que donne la France", a-t-il poursuivi.

"Ca confirme que la politique d'ouverture, de rassemblement des talents voulus par le président de la République et le Premier ministre est toujours une question d'actualité", a encore dit Eric Besson.

Didier Migaud est à la fois un proche de Laurent Fabius écouté de Martine Aubry et une figure respectée de l'Assemblée qui a présidé pendant près de trois ans la prestigieuse commission des Finances. Lors des voeux de Nicolas Sarkozy aux parlementaires en janvier, il avait été l'un des rares élus salués publiquement par le chef de l'Etat.

Deux des principales promesses de campagne de Nicolas Sarkozy, la baisse de la TVA dans la restauration ou le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ont ainsi essuyé publiquement ses piques après avoir été jugées trop coûteuses ou inefficaces par la Cour.

S'il n'a pas le charisme d'un Philippe Séguin, Didier Migaud a pour lui sa très grande connaissance des rouages budgétaires de l'Etat.

Première publication : 23/02/2010

  • FRANCE

    Aux Invalides, la classe politique rend un dernier hommage à Philippe Séguin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)