Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Afrique

L'otage français retenu par Al-Qaïda a été libéré

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2010

Pierre Camatte a été libéré par Al-Qaïda au Maghreb islamique. En échange, l'organisation terroriste a obtenu la libération de 4 islamistes. Une décision qui suscite l'ire de la Mauritanie et de l'Algérie, d'où deux d'entre eux sont originaires.

AFP - La branche maghrébine d'Al-Qaïda a libéré mardi l'otage français qu'elle détenait depuis près de trois mois dans le nord du Mali, peu après après avoir obtenu de Bamako la remise en liberté de quatre islamistes.

La libération de l'otage français survient sur fond de crise diplomatique entre le Mali et deux pays voisins. L'Algérie et la Mauritanie ont en effet décidé de rappeler, chacun, leur ambassadeur à Bamako pour protester contre la remise en liberté de présumés terroristes algériens et mauritanien.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui retient par ailleurs toujours cinq autres otages européens, avait menacé de tuer Pierre Camatte si elle n'obtenait pas la liberté de ces quatre islamistes (deux Algériens, un Burkinabè, un Mauritanien).

"Pierre (Camatte) a été libéré. Il se porte bien, c'est le plus important", a déclaré par téléphone à l'AFP l'un des principaux négociateurs maliens, sous couvert de l'anonymat, mardi en début de soirée.

Pierre Camatte, 61 ans, avait été kidnappé en pleine nuit le 26 novembre 2009 dans un hôtel de Ménaka (nord-est) par des Maliens de la région qui l'auraient ensuite "vendu" à Aqmi, selon des sources maliennes proches du dossier.

Depuis, il aurait été retenu par le groupe de l'Algérien Abdelhamid Abou Zeïd, responsable de l'assassinat en juin 2009 d'un touriste britannique, l'otage Edwin Dyer.

La remise en liberté s'est faite dans le grand nord du Mali, dans la région de Kidal, selon ce négociateur, ne souhaitant pas en dire davantage.

Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, interrogé dans la journée au sujet de la libération des quatre islamistes, avait répondu à la chaîne de télévision LCI: "C'est un premier signe après les demandes que la France a faites, j'espère que tout cela est une question d'heures et de jours".

Serge Daniel, correspondant de RFI à Bamako


Le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, avait effectué deux visites à Bamako, les 1er et 13 février, et le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, s'était aussi déplacé pour le 2ème voyage.

Lundi, un conseiller du président malien Amadou Toumani Touré avait justifié la remise en liberté des quatre islamistes réclamée par Al-Qaïda en disant: "Nous étions confronté à un problème: comment tout faire pour sauver la vie du Français".

Mais, dans les pays voisins, cette attitude a été critiquée comme une faiblesse inacceptable face au terrorisme.

Comme la Mauritanie l'avait fait lundi, l'Algérie a décidé mardi de rappeler, "pour consultation", son ambassadeur en poste à Bamako.

La décision de Bamako de libérer "des terroristes recherchés par des pays voisins est un développement dangereux pour la sécurité et la stabilité dans la région sahélo-saharienne et sert, objectivement, les intérêts du groupe terroriste s'activant dans la région sous la bannière d'Al-Qaïda", a déclaré le ministère algérien des Affaires étrangères.

En Mauritanie, le porte-parole du parti au pouvoir (Union pour la République, UPR), Saleh Ould Dehmache, a jugé que la décision malienne n'avait "pas été bien calculée", car "elle encourage et rétribue les forfaits de ces groupes hors-la-loi qui menacent la paix dans toute la région".

Les cinq otages européens toujours détenus dans le désert malien ont été capturés sur le territoire mauritanien: trois Espagnols le 29 novembre puis un couple d'Italiens le 17 décembre.

Pour la libération de l'Italien, les ravisseurs avaient exigé non seulement la remise en liberté des quatre islamistes au Mali mais aussi la sortie de prison de combattants détenus en Mauritanie, selon une source proche du dossier.
 

Première publication : 23/02/2010

  • MALI

    L'otage français serait en vie alors que l'ultimatum d'Al-Qaïda a expiré

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Al-Qaïda réclame une rançon pour libérer l'otage français capturé au Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)