Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Afrique

Alger et Nouakchott dénoncent les conditions de la libération de Pierre Camatte

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 25/02/2010

Paris se félicite de la libération de l’otage Pierre Camatte, relâché mardi au Mali par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Mais la remise en liberté de quatre islamistes, en échange du Français, provoque la colère de l'Algérie et de la Mauritanie.

L’annonce de la libération de l’humanitaire français Pierre Camatte, détenu depuis le 26 novembre 2009 au Mali par l'organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a été diversement accueillie par les pays concernés par cette affaire. Sa libération intervient quelques jours après la remise en liberté par le Mali de quatre islamistes - deux Algériens, un Burkinabè et un Mauritanien - arrêtés en avril 2009 dans le nord du pays. La branche d’Al-Qaïda au Maghreb avait fait de la libération de ces quatre individus une condition préalable à celle du Français.

Si le Premier ministre français Françios Fillon a salué "l’action décisive de l’ensemble des acteurs qui ont concouru au dénouement heureux de cette prise d’otage", Alger et  Nouakchott ont condamné "avec force" la libération des islamistes. Preuve que la brouille est sérieuse, l’Algérie et la Mauritanie ont même rappelé leurs ambassadeurs au Mali "pour consultations".

"Un coup de poignard dans le dos"

Bamako assure que les quatre hommes ont été libérés car ils avaient purgé l’intégralité de leur peine, ayant simplement été condamnés à neuf mois de prison pour "détention illégale d'armes de guerre". Une version qui ne convainc pas le porte-parole du ministre algérien des Affaires étrangères, qui dénonce un prétexte "fallacieux" et une "attitude inamicale du gouvernement malien".

"La Mauritanie ne s’attendait pas à une telle décision, c’est un coup de poignard dans le dos", affirme Ould Bä Saïd, professeur à l’université de Nouakchott, à propos de la libération des quatre islamistes. Contacté par FRANCE 24, il regrette que Bamako ait décidé unilatéralement de les libérer faisant fi de "la collaboration accrue entre le Mali et la Mauritanie dans le domaine du terrorisme et de la lutte contre le banditisme au niveau des frontières".

"Pressions françaises"

Même son de cloche pour Faycal Metaoui, spécialiste des affaires politiques et journaliste à "El-Watan", pour qui "Bamako n’a pas respecté les accords juridiques bilatéraux, ni les conventions sécuritaires". Il déplore le non-respect des accords signés entre l’Algérie et le Mali, qui auraient dû "permettre l’extradition des ressortissants algériens recherchés dans leur pays".

Selon Faycal Meteoui, c’est la France qui "est derrière la libération des quatre islamistes". "Bernard Kouchner [le ministre français des Affaires étrangères] s’est rendu deux fois au Mali pour convaincre le président Amadou Toumani Touré. Ce dernier, après avoir tenu bon, n’a pas pu repousser les pressions françaises", affirme-t-il.

De son côté, Paris cherche à calmer le jeu et réaffirme, ce mercredi, sa volonté d'œuvrer pour la sécurité et la stabilité dans la région. La libération de l’humanitaire français est néanmoins fêtée comme une victoire par la diplomatie française. En tournée en Afrique, le président français Nicolas Sarkozy a prévu d’ajouter une escale au Mali pour rencontrer en personne Pierre Camatte. Il n’est pas certain que les images des deux hommes tout sourire à Bamako calme la grogne à Alger et à Nouakchott.

Première publication : 24/02/2010

  • MALI

    Nicolas Sarkozy se rend au Mali pour rencontrer l'ex-otage français

    En savoir plus

  • MALI

    L'otage français retenu par Al-Qaïda a été libéré

    En savoir plus

  • MALI

    Libération des 4 islamistes réclamés par Al-Qaïda en échange de Pierre Camatte

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)