Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy apporte son soutien au Gabon d'Ali Bongo

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2010

En visite au Gabon, Nicolas Sarkozy a apporté son soutien au nouveau chef de l'État gabonais, Ali Bongo, tout en démentant qu’il ait été le "candidat" de la France lors la présidentielle d’août dernier.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a promis mercredi à Libreville à son homologue gabonais Ali Bongo le soutien de la France à sa politique de développement, mais a démenti catégoriquement que le fils d'Omar Bongo ait été le "candidat" de la France.

"Votre projet un Gabon prospère, créateur d'emplois et de richesses, un Gabon plus juste (...) dans lequel les fruits de la croissance seraient mieux répartis, ce projet-là la France sera à vos côtés pour vous aider totalement et complètement", a déclaré M. Sarkozy lors d'un discours.

"J'ai grande confiance dans votre président, mais je défie quiconque de pouvoir démontrer que la France avait un candidat dans l'élection présidentielle", a-t-il tenu à ajouter: "ceux qui qui disent cela ne connaissent pas l'Afrique et ne connaissent pas la France".

Les rivaux du fils d'Omar Bongo lors de la présidentielle contestée d'août dernier ont accusé la France de le soutenir. Nicolas Sarkozy devait recevoir les chefs de l'opposition mercredi plus tard dans l'après-midi.

Lors de son allocution, le président français a longuement plaidé devant Ali Bongo pour la rénovation du partenariat franco-gabonais, afin de "refonder, dépoussiérer" ces liens, avec "moins de mauvaises habitudes, des projets plus concrets, une amitié privilégiée".

"La France comme le Gabon ont diversifié leurs partenaires (...) il n'existe plus de pré carré et je ne le regrette pas", a-t-il plaidé. "Ce sont des conceptions d'un autre temps, il y a des relations objectives de refonder une relation privilégiée entre nos deux pays", a ajouté M. Sarkozy.

Première publication : 24/02/2010

  • RWANDA

    Sarkozy se rend à Kigali pour tenter de tourner la page

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le président gabonais Ali Bongo a été reçu à l'Élysée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)