Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy effectue sa troisième visite à Libreville en trois ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2010

Le président français entame une tournée en Afrique qui doit le conduire au Gabon et au Rwanda, aujourd'hui et demain. Première étape de son périple : Libreville, où il rencontrera Ali Bongo, le fils et successeur du président défunt Omar Bongo.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi matin à Franceville, dans le sud-est du Gabon, pour une visite d'une journée destinée à donner un "nouvel élan" à la relation entre les deux pays, six mois après l'élection contestée du fils d'Omar Bongo.

"Deux points forts à cette visite de Sarkozy au Gabon"

M. Sarkozy a été accueilli à sa descente d'avion par son homologue Ali Bongo et une foule de plusieurs centaines de personnes rassemblées à l'aéroport de Mvengué, au coeur du fief régional de la famille Bongo, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les deux chefs d'Etat devaient démarrer leur journée par un dépôt de gerbe au mausolée accueillant la dépouille du président Omar Bongo décédé en juin dernier après avoir régné sans partage pendant plus de 40 ans sur ce petit pays pétrolier d'Afrique centrale.

Ils devaient ensuite se retrouver pour un premier tête-à-tête avant de visiter le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF) puis de prendre la direction de la capitale, Libreville.

Dans un entretien publié mercredi dans le quotidien pro-gouvernemental gabonais L'Union, M. Sarkozy a justifié sa visite au Gabon - la troisième depuis le début de son mandat en 2007 et la première depuis l'élection d'Ali Bongo fin août - par sa volonté de marquer la "fidélité" de la France.

"La signification première de mon déplacement, c'est l'affirmation d'une fidélité. Je veux montrer que la France entend rester fidèle", a expliqué Nicolas Sarkozy. "Je tenais aussi à marquer ma volonté de faire évoluer cette relation afin de répondre au mieux aux ambitions des nouvelles autorités gabonaises", a-t-il ajouté.

À la Une : France Gabon, les affaires continuent
Avant cette visite, l'Elysée a affiché la volonté du président de faire du Gabon un "exemple" du partenariat qu'il a promis d'instaurer entre la France et les pays de son ancien "pré carré" africain, un partenariat "débarrassé des soupçons du passé" et "équilibré".

A ce titre, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo devaient signer mercredi après-midi un accord de défense rénové, ainsi qu'un "plan d'action" qui recense l'aide que la France est prête à apporter au Gabon ces prochaines années.

Après le Gabon, Nicolas Sarkozy se rendra jeudi à Kigali pour sceller la réconciliation entre la France et le Rwanda, après plusieurs années de brouille.

Première publication : 24/02/2010

  • RWANDA

    Sarkozy se rend à Kigali pour tenter de tourner la page

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Le président gabonais Ali Bongo a été reçu à l'Élysée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)