Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

Asie - pacifique

Première rencontre entre l'Inde et le Pakistan depuis les attentats de Bombay

©

Vidéo par Philippe LEVASSEUR

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 25/02/2010

L'Inde et le Pakistan avaient interrompu leur dialogue de paix au lendemain des attentats de Bombay, qui s'étaient soldé par la mort de 166 personnes, en 2008. New Delhi avait accusé un groupe islamiste pakistanais d'avoir fomenté les attaques.

Une première poignée de main, rapide, entre les Premiers ministres indien et pakistanais en marge du sommet des non-alignés qui s'était déroulé en Égypte, en juillet dernier, avait permis de briser la glace. Mais, ce jeudi, le face à face entre la secrétaire indienne aux Affaires étrangères, Nirupama Rao, et son homologue pakistanais, Salman Bashir, en Inde, constitue la première rencontre officielle des autorités des deux pays depuis les attentats de Bombay, en novembre 2008, dans lesquelles 166 personnes avaient trouvé la mort. Depuis, New Delhi accuse régulièrement des groupes islamistes basés au Pakistan d’avoir mené les attaques du "11-Septembre indien".

La tension n’est pas retombée depuis. L’'Inde digère mal la libération, en avril 2009, par la justice pakistanaise, de Hafiz Saeed, le fondateur du Lashkar-e-Taiba, un groupe armé soupçonné d'avoir perpétré les attentats de Bombay. Depuis, chaque attaque terroriste ravive les ressentiments. "À chaque fois qu’un attentat se produit en Inde - il y en a eu encore un, il y a deux semaines, dans la ville indienne de Pune, qui a fait 16 morts -, les autorités indiennes accusent leurs homologues pakistanaises de ne rien faire contre les groupes djihadistes qui mènent des actions en Inde", explique Philippe Levasseur, correspondant de France 24 à New Delhi. Qui évoque par ailleurs un sentiment assez répandu au sein de la population indienne : celui que le gouvernement ne devrait pas ouvrir de discussions avec Islamabad.

Méfiance indienne

Dans ce contexte, peu d’avancées concrètes étaient attendues lors de la rencontre de ce jeudi. "Nous sommes convenus de rester en contact", a assuré Nirupama Rao à l'issue de la réunion, précisant que l'heure n'était cependant pas "encore venue" de reprendre à part entière le dialogue de paix initié en 2004, comme le souhaite le Pakistan. De son côté, Islamabad a jugé "injuste" que l'Inde n'aborde que la question des attentats de Bombay et ignore les autres sujets de conflit entre les deux pays.

"Il faudra sans doute plus que cette journée de pourparlers pour rétablir le dialogue, en particulier sur la question du Cachemire, qui empoisonne les relations indo-pakistanaises depuis des décennies", confirme Philippe Levasseur. Mercredi encore, un garde-frontière indien a été blessé par des tirs venant du côté pakistanais de la frontière, affirment les autorités indiennes. Depuis 1947, la question du Cachemire - sous administration indienne, ce que conteste le Pakistan - a été au centre de deux conflits armés entre les deux pays. Le différend porte notamment sur l’exploitation des eaux de l’Indus, qui coulent au Cachemire.

L’Afghanistan, autre pomme de discorde

Washington aurait joué un rôle-clé dans la reprise du dialogue indo-pakistanais. Les États-Unis souhaitent stabiliser le Pakistan sur sa frontière Est, afin de permettre à Islamabad de concentrer ses efforts sécuritaires sur les régions frontalières avec l’Afghanistan, investies par les Taliban.

Or, l’Afghanistan est aussi un sujet de discorde entre l'Inde et le Pakistan. Islamabad craint en effet que New Delhi ne devienne très influent à Kaboul. "Les marchandises ne peuvent pas circuler librement entre l’Afghanistan et l’Inde à travers le territoire pakistanais, malgré l’accord de libre-échange SAARC [South-Asian Association for Regional Coopération] signé en 1985", explique Alain Lamballe, ancien attaché militaire en Inde et au Pakistan, interrogé sur France 24 ce jeudi. "Du coup, l’Inde tente de contourner le Pakistan, en faisant passer les marchandises par l’Iran : elle a participé à la modernisation du port de Chabahar, a construit des routes dans le sud de l’Afghanistan.... Tout cela préoccupe les Pakistanais", poursuit ce dernier.

Première publication : 25/02/2010

  • ATTENTATS DE BOMBAY

    Le principal accusé du "11-Septembre indien" se rétracte

    En savoir plus

  • TERRORISME

    L'Inde commémore le premier anniversaire des attentats de Bombay

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)