Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Punition collective"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les Français de l'armée israélienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Si on commence à accueillir toute la misère du monde..."

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • Troisième mission de l'année réussie pour une Ariane 5

    En savoir plus

  • Bousculade meurtrière lors d'un concert à Conakry

    En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

EUROPE

Van Rompuy souhaite un siège unique pour les pays de la zone euro au FMI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/02/2010

Le président de l'Union européenne se dit favorable à la création d'un siège unique des pays de la zone euro au Fonds monétaire international (FMI), bien que cette proposition ne suscite pas l'enthousiasme parmi les États concernés.

AFP - Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy a plaidé implicitement jeudi en faveur d'un siège unique des pays de la zone euro au Fonds monétaire international (FMI), en dépit des réticences que cette idée suscite parmi les intéressés.

"La zone euro doit réfléchir à la manière de renforcer sa représentation extérieure dans des institutions comme le Fonds monétaire international. Cela ne doit pas être un sujet tabou entre les membres de la zone euro", a déclaré M. Van Rompuy dans un discours prononcé à Bruges.

Le siège unique au FMI est aussi soutenu par la Commission européenne et le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, qui a jugé que les pays européens étaient "ridicules" au sein de l'institution du fait de leur représentation fragmentée.

Mais pour l'heure, l'hypothèse ne soulève pas l'enthousiasme des pays concernés, notamment du côté de l'Allemagne, de la France et de l'Italie.

Pour faire davantage de place aux pays émergents au sein du FMI, un débat a été lancé ces dernières années sur l'opportunité de rationaliser la représentation des différents pays européens, en la limitant par exemple à un siège au nom de la zone euro ou de l'Union européenne.

Une réforme a été promise à l'horizon 2011. Mais pour l'heure rien de concret n'est sorti des discussions.

En jeu: les 24 sièges du conseil d'aministration du FMI, son instance exécutive pour la gestion courante, où les Européens sont aujourd'hui très largement représentés.

Regroupées, les voix de l'Union européenne au sein de ce conseil s'élèvent à environ 32% et celles des pays de la zone euro à 23%. Ce qui est jugé excessif par les pays émergents.

Aux yeux de M. Van Rompuy, les Européens doivent davantage parler d'une seule voix sur la scène internationale pour peser et se faire entendre.

Sur le plan économique, il s'est félicité de l'accord de principe trouvé à Bruxelles le 11 février lors d'un sommet par les chefs d'Etats et de gouvernement de l'UE pour mieux coordonner leurs politiques.

Leur cénacle à Bruxelles, le Conseil européen, "devient quelque chose comme le gouvernement économique de l'Union, comme certains l'appellent. Ou le lieu de la gouvernance économique, comme d'autres préfèrent l'appeler", a dit M. Van Rompuy.

La France, qui plaide depuis deux décennies en sa faveur, parle d'un gouvernement économique européen, alors que l'Allemagne, plus prudente, privilégie la gouvernance économique européenne.
 

Première publication : 25/02/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    Pour son baptême du feu, Van Rompuy peine à faire entendre sa voix

    En savoir plus

  • EUROPE

    Herman Van Rompuy confirme la tenue d'un sommet européen extraordinaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)