Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

EUROPE

Van Rompuy souhaite un siège unique pour les pays de la zone euro au FMI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/02/2010

Le président de l'Union européenne se dit favorable à la création d'un siège unique des pays de la zone euro au Fonds monétaire international (FMI), bien que cette proposition ne suscite pas l'enthousiasme parmi les États concernés.

AFP - Le président de l'Union européenne Herman Van Rompuy a plaidé implicitement jeudi en faveur d'un siège unique des pays de la zone euro au Fonds monétaire international (FMI), en dépit des réticences que cette idée suscite parmi les intéressés.

"La zone euro doit réfléchir à la manière de renforcer sa représentation extérieure dans des institutions comme le Fonds monétaire international. Cela ne doit pas être un sujet tabou entre les membres de la zone euro", a déclaré M. Van Rompuy dans un discours prononcé à Bruges.

Le siège unique au FMI est aussi soutenu par la Commission européenne et le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, qui a jugé que les pays européens étaient "ridicules" au sein de l'institution du fait de leur représentation fragmentée.

Mais pour l'heure, l'hypothèse ne soulève pas l'enthousiasme des pays concernés, notamment du côté de l'Allemagne, de la France et de l'Italie.

Pour faire davantage de place aux pays émergents au sein du FMI, un débat a été lancé ces dernières années sur l'opportunité de rationaliser la représentation des différents pays européens, en la limitant par exemple à un siège au nom de la zone euro ou de l'Union européenne.

Une réforme a été promise à l'horizon 2011. Mais pour l'heure rien de concret n'est sorti des discussions.

En jeu: les 24 sièges du conseil d'aministration du FMI, son instance exécutive pour la gestion courante, où les Européens sont aujourd'hui très largement représentés.

Regroupées, les voix de l'Union européenne au sein de ce conseil s'élèvent à environ 32% et celles des pays de la zone euro à 23%. Ce qui est jugé excessif par les pays émergents.

Aux yeux de M. Van Rompuy, les Européens doivent davantage parler d'une seule voix sur la scène internationale pour peser et se faire entendre.

Sur le plan économique, il s'est félicité de l'accord de principe trouvé à Bruxelles le 11 février lors d'un sommet par les chefs d'Etats et de gouvernement de l'UE pour mieux coordonner leurs politiques.

Leur cénacle à Bruxelles, le Conseil européen, "devient quelque chose comme le gouvernement économique de l'Union, comme certains l'appellent. Ou le lieu de la gouvernance économique, comme d'autres préfèrent l'appeler", a dit M. Van Rompuy.

La France, qui plaide depuis deux décennies en sa faveur, parle d'un gouvernement économique européen, alors que l'Allemagne, plus prudente, privilégie la gouvernance économique européenne.
 

Première publication : 25/02/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    Pour son baptême du feu, Van Rompuy peine à faire entendre sa voix

    En savoir plus

  • EUROPE

    Herman Van Rompuy confirme la tenue d'un sommet européen extraordinaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)