Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

FRANCE

Paroles de jeunes exploitants agricoles

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 08/12/2010

Le Salon de l’agriculture ouvre ses portes, ce samedi, à Paris. Et même si la crise économique a durement frappé le secteur, elle n’a pas découragé certains jeunes, qui ne regrettent pas de s'être tournés vers les métiers agricoles.

C’est une vieille tradition française qui remonte à des dizaines d’années. Pendant plus d’une semaine, la campagne s’installe à Paris. Les plus beaux fleurons de l’agriculture française sont réunis jusqu’au 7 mars dans la capitale pour le salon annuel du secteur. L'édition 2010 devrait à nouveau battre un record avec 700 000 visiteurs prévus, preuve de l’affection des Français envers le monde agricole.

L’ambiance festive de ce grand rendez-vous ne cache cependant pas un climat morose. L'an dernier, les agriculteurs ont subi en moyenne une chute d'un tiers de leurs revenus, un nouveau coup dur après une année 2008 déjà difficile.

Mais certains jeunes exploitants agricoles veulent oublier les difficultés du moment et parler d'avenir. Ils fêtent leur premier salon de l'agriculture et sont ravis de faire découvrir aux Français leur profession et leurs plus belles bêtes.

 

Première publication : 26/02/2010

COMMENTAIRE(S)