Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour le tournage de "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

  • La jeune garde des économistes français impressionne le FMI

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG hérite de Barcelone, Monaco de Benfica

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

Afrique

Les Shebab bloquent la distribution de l'aide alimentaire de l'ONU

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/02/2010

Alors que la Somalie traverse une grave crise humanitaire, le mouvement shebab interdit le Programme alimentaire mondial (PAM) de mener ses opérations. Selon les islamistes, l'aide distribuée serait désavantageuse pour les paysans locaux.

AFP - Les islamistes shebab ont interdit dimanche la distribution d'aide du Programme alimentaire mondial (PAM) en Somalie, au risque d'aggraver la situation humanitaire de ce pays, déjà la plus alarmante de toute la Corne de l'Afrique.
   
Le mouvement shebab, qui contrôle la plus grande partie du centre et du sud de la Somalie, reproche notamment à l'aide apportée par l'agence onusienne de désavantager les agriculteurs locaux et d'être politiquement motivée.
   
"Etant donné les problèmes causés par l'aide alimentaire distribuée par le Programme alimentaire mondial, le mouvement des Shebab Al-Mujahideen a interdit les activités de cette agence en Somalie de façon générale à compter d'aujourd'hui", indique un communiqué diffusé dimanche par le département d'information du mouvement qui se réclame d'Al-Qaïda.
   
"Nous avons déjà donné l'occasion (à cette agence) d'opérer en Somalie mais elle n'a pas rempli les conditions que nous avions avancées, aussi avons nous totalement interdit les opérations du PAM en Somalie", a indiqué à l'AFP un haut responsable des shebab à Mogadiscio sous couvert de l'anonymat, confirmant l'authenticité du communiqué.
   
"Le PAM est déterminé à aider les populations de Somalie qui en ont besoin, indépendamment de qui contrôle la zone où elles vivent, dans la mesure où notre personnel peut le faire en sécurité", a réagi Peter Smerdon, porte-parole de l'organisation pour l'Afrique, interrogé par l'AFP.
   
Le Programme alimentaire mondial avait annoncé début janvier la suspension de ses activités dans le sud de la Somalie en raison de la multiplication des "attaques et menaces" dont il était victime.
   
Insistant sur son rôle "impartial et non politique", le PAM avait alors ajouté qu'il continuait à fournir une assistance alimentaire à 1,8 million de personnes dans le reste du pays et notamment dans la capitale Mogadiscio, soit deux tiers des personnes visées par ses programmes.
   
La Somalie "est sans doute le pays de la Corne de l'Afrique aux besoins humanitaires les plus grands, notamment en matière d'aide alimentaire", estime le PAM sur son site internet.
   
Ce pays ravagé par la guerre civile depuis 1991 "était confronté en août dernier à sa pire crise humanitaire depuis la famine de 1991-1992, avec 3,64 millions de personnes, soit la moitié de la population, ayant besoin d'une aide extérieure", selon l'agence onusienne.
   
Mais dans leur communiqué, les shebab affirment avoir été saisis de plaintes d'agriculteurs somaliens estimant que la quantité d'aide alimentaire apportée par le PAM les empêchaient de vendre leur propre production à un bon prix.
   
Les islamistes accusent également le PAM de distribuer de la nourriture dont la date de péremption a expiré, assurent que cette aide a propagé des maladies dans le pays, et qu'elle constitue un soutien déguisé aux formations pro-gouvernementales qu'ils combattent.
   
Ils préviennent que "quiconque travaillant avec cette agence (PAM) sera considéré comme servant ses intérêts".
   
En novembre, les shebab avaient annoncé la mise en oeuvre dans leur fief de Bay et Bakool, au nord-ouest de Mogadiscio, d'une nouvelle réglementation imposant "onze conditions" aux ONG et agences de l'ONU.
   
Ils exigeaient notamment que les humanitaires cessent d'"interférer avec la religion islamique", qu'ils licencient leurs personnels féminins et qu'ils paient tous les six mois "une taxe" d'au moins 20.000 dollars.

 

Première publication : 28/02/2010

COMMENTAIRE(S)