Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#StopDjihadisme

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Timbuktu" et "Saint Laurent" en lice pour le César du meilleur film

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : qui sont les manifestants du mouvement "Pegida"?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

"L'émirat jihadiste" d'une prison libanaise et des enfants en lutte pour leur cours de récré

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Terrorisme : qui est Sajida al-Rishawi ?

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

Sports

Le Canada clôt les Jeux en beauté en remportant l'or en hockey messieurs

Vidéo par Sonia DRIDI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/03/2010

Les hockeyeurs canadiens ont triomphé devant leur public en remportant, dimanche, la médaille d'or de hockey sur glace face aux Américains, après un but de Sidney Crosby dans les prolongations et un score final de 3 à 2.

AFP - Le Canada a répondu aux attentes de tout un peuple et a battu les Etats-Unis 3 à 2 après prolongation pour remporter la médaille d'or du tournoi de hockey sur glace messieurs, le titre le plus attendu, le plus désiré par les supporteurs locaux, dimanche aux JO de Vancouver.

Pour de nombreux Canadiens ces JO organisés à la maison ne pouvaient pas être une réussite sans cette médaille d'or. Ce 14e titre remporté à Vancouver par le Canada, un record, est la cerise sur le gâteau pour un pays qui a réussi une belle moisson lors de la dernière semaine des JO.

Le pays entier s'était arrêté pour regarder le match considéré comme le plus important disputé au Canada depuis la "Série au sommet" de 1972 contre l'URSS.

"Le hockey ce n'est pas un sport au Canada, c'est un culte, c'est une religion", avait d'ailleurs dit le manageur général de l'équipe américaine Brian Burke avant la finale, histoire de mettre encore un peu plus de pression sur ses adversaires.

Le Premier ministre canadien Stephen Harper, qui a notamment fait sa thèse universitaire sur le thème du hockey, était bien sûr assis dans les tribunes aux côtés de la légende Wayne Gretzky et les diffuseurs attendaient plus de 10 millions de Canadiens devant leur télévision pour suivre cette partie (pour 33 millions d'habitants).

La rivalité entre les voisins nord-américains est légendaire et le match de la semaine précédente, remporté par les USA lors de la phase de poules (5-3), était encore un souvenir très frais dans les mémoires.

Crosby ce héros

Les Etats-Unis espéraient quant à eux venger leur défaite en finale des JO-2002 où les joueurs à la feuille d'érable étaient venu leur gâcher la fête, chez eux à Salt Lake City.

La patinoire n'était que rouge et blanche, les couleurs de l'équipe canadienne, mais les 18.000 spectateurs dans les tribunes semblaient bien tendus en début de match, tout comme leur équipe sur la glace alors que les Américains menaient les débats. Mais un but de Toews, son premier des JO, libérait quelque peu le peuple rouge (1-0, 12:50).

Pour la première fois du tournoi les Etats-Unis étaient menés !

Perry portait le score à 2-0 (27:23) mais Kesler sur une déviation ramenait les USA à 2-1 (32:44) alors que la fin de deuxième période atteignait des sommets d'intensité.

Deux poteaux de Weber et Pronger résonnaient dans l'enceinte en début d'un troisième tiers-temps irrespirable. Les deux gardiens rivalisaient d'adresse et Ryan Miller, élu par ailleurs meilleur joueur du tournoi, arrêtait notamment une échappée de Crosby à trois minutes de la fin. L'impensable se produisait alors quand Parise parvenait à égaliser à 25 secondes du terme pour envoyer les deux équipes en prolongation, une première en finale olympique.

Et dans ce match appelé à entrer dans la légende, c'est Sidney Crosby, la figure emblématique de l'équipe, qui envoyait tout un peuple au septième ciel en marquant entre les jambières de Miller (67:40). Il ne pouvait pas en être autrement.
 

Première publication : 01/03/2010

COMMENTAIRE(S)