Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La perpétuité requise contre Hissène Habré à Dakar

En savoir plus

ICI L'EUROPE

En Irlande sur les traces de l’agriculture européenne "réformée"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Agriculture : que change réellement la nouvelle PAC?

En savoir plus

FOCUS

France : comment sensibiliser les jeunes aux concepts de patriotisme et de défense de la Nation?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peur de rien" : l’errance parisienne d'une jeune Libanaise

En savoir plus

FACE À FACE

Déchéance de nationalité : l'heure de vérité

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bataille d'Alep : l'offensive du régime syrien, appuyé par Moscou

En savoir plus

LE DÉBAT

Guerre en Syrie : la bataille d'Alep, un tournant ?

En savoir plus

LE DÉBAT

État d'urgence en France : l'exception va-t-elle devenir la règle?

En savoir plus

EUROPE

Le parlement doit se prononcer sur une motion de censure contre Timochenko

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/03/2010

Les membres du parlement ukrainien se sont entendus pour organiser un vote sur une motion de censure déposée contre le Premier ministre Ioulia Timochenko, candidate malheureuse de l'élection présidentielle.

REUTERS - Le parlement ukrainien se prononcera mercredi sur une motion de censure déposée contre le Premier ministre Ioulia Timochenko, candidate malheureuse de l'élection présidentielle, a annoncé lundi une porte-parole de
l'institution. "Les parlementaires se sont entendus pour organiser un vote
mercredi", a déclaré la porte-parole du Parlement à l'issue d'une réunion entre les chefs des principales formations politiques du pays.

Si jamais la motion de censure était votée, Timochenko resterait à son poste jusqu'à la formation d'un nouveau cabinet.

Viktor Ianoukovitch a prêté serment jeudi dernier en tant que nouveau président de l'Ukraine, après plus de deux semaines de passes d'armes avec sa rivale Timochenko, ancienne égérie de la "Révolution orange" de 2004.

Iaounokovitch, 59 ans, a été déclaré vainqueur de l'élection présidentielle du 7 février avec 48,95% des voix contre 45,47 à Timochenko, qui conteste la régularité du scrutin, entaché selon elle de fraudes massives.

 

Première publication : 01/03/2010

COMMENTAIRE(S)