Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Sports

Les crashs les plus spectaculaires de l'histoire de la F1

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 11/03/2010

Si, en Formule 1, les conditions de sécurité se sont améliorées depuis le décès d'Ayrton Senna en 1994, l'histoire de la discipline reste émaillée de nombreux carambolages. Florilège des crashs passés à la postérité.

À l’orée de la saison 2010, à l'occasion de laquelle le 60e anniversaire de la création du championnat du monde de F1 sera célébré, FRANCE 24 a sélectionné une série de crashs qui ont marqué l’histoire de la discipline phare du sport automobile. Une sélection non exhaustive mais particulièrement spectaculaire.

Grand Prix de Grande-Bretagne - Silverstone (1973)

En 1973, le Grand Prix de Grande-Bretagne est le théâtre de l’un des plus gros crashs de l’histoire de la F1. À l’origine de l’hécatombe, la McLaren du Sud-Africain Jody Scheckter.


Grand Prix de Belgique – Spa-Francorchamps (1998)

En 1998, le circuit de Spa-Francorchamps accueille ce qui est considéré comme l’un des carambolages les plus massifs de la F1. Sous la pluie, David Coulthard, sur McLaren, manque son premier virage et traverse la piste à deux reprises. Pas moins d’une dizaine de voitures sont impliquées et doivent abandonner.


Grand Prix d’Australie - Melbourne (2002)

Au Grand Prix d’Australie de 2002, Michael Schumacher dicte une nouvelle fois sa loi. Mais c’est son frère Ralf qui se distingue à Melbourne, lors d’un accrochage avec Rubens Barrichello à la suite duquel une dizaine de voitures sont mises au tapis.


Grand Prix de Monaco - Monaco (1980)

À Monaco, la moindre erreur est fatale. En 1980, le pilote Tyrell Derek Daly l’apprend à ses dépens dès les premiers hectomètres de la course. Un contact musclé avec l’Alfa Romeo de Bruno Giacomelli l’envoie instantanément dans les airs et l’atterrissage, heureusement sans gravité, laissera sur le carreau deux autres pilotes : son coéquipier Jean-Pierre Jarier et le pilote McLaren Alain Prost.


Grand Prix d’Italie - Monza (2000)


En 2002, le pilote allemand Heinz-Harald Frentzen, mis sous pression par l’Italien Jarno Trulli, perd le contrôle de sa Jordan dès le départ du Grand Prix d’Italie. Sept voitures, parmi lesquelles celle de Rubens Barrichello, alors candidat au titre de champion du monde, sont éjectées de la piste.



Grand Prix du Brésil - Interlagos (1994)

En l’absence d'Alain Prost, Michael Schumacher, sur Benneton-Ford, caracole en tête du Grand Prix du Brésil. Une situation idéale pour le pilote allemand qui se voit conforté dans sa position après l’accident de son coéquipier Jos Verstappen, à mi-course. Au 34e tour, le pilote néerlandais prend le dessus sur la Jordan d’Eddie Irvine, mais le Britannique ferme violemment la porte et quatre voitures entrent en collision. Outre les deux protagonistes de la passe d’armes, le Français Éric Bernard et le Britannique Martin Brundle sont contraints de couper le moteur.


Grand Prix d’Italie - Monza (1993)

Difficile d’oublier l’incroyable figure réalisée en 1993 par Christian Fittipaldi à Monza. Au volant de sa Minardi, le pilote brésilien dispute une place en fin de peloton lorsque sa roue entre en contact avec celle de son coéquipier, Pierluigi Martini. La monoplace effectue alors un salto arrière et retombe miraculeusement sur ses quatre roues.
 

Première publication : 02/03/2010

COMMENTAIRE(S)