Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Sports

Face à la radicalisation de ses supporters, le PSG prend des mesures draconiennes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/03/2010

Deux jours après des incidents entre ses supporters en marge du match PSG-OM, le club parisien a décidé de ne plus vendre de billets à ses fans lorsqu'il se déplace. Il ne contestera pas non plus une éventuelle condamnation à un match à huis clos.

AFP - Le Paris SG a décidé de ne plus vendre "jusqu'à nouvel ordre" de billets à ses supporteurs en déplacement et de ne pas faire appel en cas de huis clos infligé par la Ligue, a indiqué mardi le président Robin Leproux deux jours après les violents incidents en marge de PSG-OM (0-3).

"Nous ne vendrons plus jusqu'à nouvel ordre de billets à nos supporteurs pour nos déplacements", a expliqué le président lors d'une conférence de presse au Parc des Princes. "Nous ne ferons pas appel auprès de la Ligue dans l'hypothèse où nous serions condamné à un huis clos. Il faut que nous assumions ce que nous livrons comme image aujourd'hui".

"C'est une décision très lourde dans l'histoire du club mais je suis obligé de prendre ce genre de décision pour garantir la sécurité de tous", a poursuivi M. Leproux qui a rendez-vous dans la soirée au ministère de l'Intérieur pour demander l'aide des pouvoirs publics.

Régulièrement sanctionné pour les écarts de conduite de ses supporteurs, qui ont pris depuis quelques mois des proportions inquiétantes, le PSG est déjà sous le coup de deux procédures de huis-clos.

Le club a également annoncé qu'il avait décidé de "fermer les locaux mis à la disposition des associations de supporteurs" au Parc des Princes et qui leur servent autant à préparer les animations qu'à introduire des engins pyrotechniques dans l'enceinte du stade.

"J'approuve totalement les mesures annoncées, a immédiatement réagi Frédéric Thiriez, le président de la LFP. La situation engendrée par des groupes irresponsables est devenue trop grave. Le club, la Ligue et les pouvoirs publics doivent tout faire pour casser définitivement cette spirale désastreuse".

"Dans le Parc, on arrive à contenir, mais pas à endiguer, cette violence, mais en dehors du stade, le PSG ne peut pas se transformer en policier", a encore ajouté M. Leproux alors qu'un supporteur de Boulogne passé à tabac par des membres d'Auteuil dimanche soir est toujours dans le coma artificiel et devrait être réveillé mercredi.

Ces mesures prennent donc effet immédiatement et, même si, de sources au club, aucun billet n'a déjà été vendu pour le match de samedi à Lens, le PSG, qui s'attend fort logiquement à ce que cet éventail de mesures ne passe pas auprès des siens même s'il a été réclamé selon eux par certains supporteurs, devrait envoyer dans l'Artois quelques stadiers par mesure de précaution.

De source proche du dossier, Auteuil et Boulogne devraient également être prochainement visés par un accroissement du nombre d'interdits de stade.

Sans que l'on sache toujours lesquels participeront à la réunion, les différents groupes de supporteurs du PSG ont été convoqués à la préfecture de police en fin d'après-midi alors que le club sera chargé de s'expliquer mercredi avec le préfet.

Première publication : 02/03/2010

COMMENTAIRE(S)