Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

EUROPE

La police démantèle un réseau de trafic d'armes vers l'Iran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/03/2010

Neuf personnes, dont des membres présumés des services secrets iraniens, ont été arrêtées dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes avec l'Iran, en violation de l'embargo international, a annoncé la police italienne.

AFP - Deux Iraniens et cinq Italiens ont été arrêtés mercredi en Italie pour exportation illégale d'armes vers l'Iran en violation de l'embargo international, a annoncé le procureur antiterroriste Armando Spataro à Milan (nord).

Deux autres Iraniens visés par des mandats d'arrêt dans le cadre de cette enquête se trouvent en Iran, a indiqué M. Spataro lors d'une conférence de presse, en précisant que les deux Iraniens interpellés "travaillaient pour le compte du gouvernement iranien".

Au total, neuf mandats d'arrêt ont été lancés par la justice italienne "pour association de malfaiteurs ayant pour but l'exportation d'armes et systèmes d'armement vers l'Iran en violation de l'embargo international en vigueur", a précisé la police financière dans un communiqué.

"Certaines personnes visées par les mandats d'arrêt sont considérées comme appartenant aux services secrets iraniens", selon le commandement départemental de la police financière milanaise.

"Il s'agit d'une enquête d'une importance considérable, car elle concerne toute la communauté internationale", a expliqué le procureur Spataro, en soulignant qu'elle avait duré huit mois entre juin et mardi soir.

Il y a eu deux violations spécifiques de la législation, selon M. Spataro: l'exportation d'armes vers l'Iran au mépris de l'embargo international en vigueur et la vente à l'Iran d'équipements appelés "dual use", c'est-à-dire pouvant être utilisés comme des armes.

L'enquête a pu porter ses fruits grâce à l'utilisation intensive des écoutes téléphoniques, a indiqué M. Spataro en prenant la défense de ce système partiellement remis en cause dans un projet de loi récemment déposé au parlement italien.

Le procureur Spataro a aussi évoqué une collaboration avec la police judiciaire de Berne, l'un des Italiens arrêtés étant résident en Suisse.

Première publication : 03/03/2010

COMMENTAIRE(S)