Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

Des attaques contre des bureaux de vote à Bagdad font plusieurs morts

Vidéo par Lucas MENGET , Willy BRACCIANO

Texte par Lucas MENGET , Willy BRACCIANO , FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 06/03/2010

Au moins 14 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans des attaques contre des bureaux de vote à Bagdad où services de sécurité, malades et prisonniers votaient par anticipation pour les législatives qui auront lieu dimanche.

Une série d'attentats a ensanglanté jeudi Bagdad faisant au moins 14 morts et des dizaines de blessés au premier jour de vote pour le scrutin législatif malgré des mesures de sécurité exceptionnelles.

Trois attentats se sont produits en l'espace de quelques heures près de bureaux de vote à Bagdad, alors qu'Al-Qaïda et l'autre groupe extrémiste

Dossier : Les élections législatives irakiennes

sunnite Ansar al-Sunna ont menacé de "tout faire" pour torpiller ces élections, cruciales pour l'avenir de l'Irak.

Quelque 947.000 électeurs (850.000 militaires et membres des forces de sécurité et 97.000 prisonniers et personnes hospitalisées) ont été appelés aux urnes pour un scrutin anticipé jeudi. Les bureaux de vote ouverts vers 08H00 (0H500 GMT) ont fermé à 17H00 (14H00 GMT), selon Hamdia Husseini, une responsable de la commission électorale.

En fin de matinée, un obus est tombé sur un bâtiment à 500 mètres d'une école qui doit servir dimanche de bureau de vote dans le quartier Hourriya à Bagdad. Sept personnes, dont quatre enfants, ont été tuées et 23 blessées, selon un responsable des urgences Mohammad Mehdi.

"Je parlais avec mon fils qui était sur le toit pour accrocher le fil du générateur quand le bâtiment a été à moitié détruit par un projectile. Par chance mon fils est sain et sauf mais moi je n'entends plus rien", a affirmé Abou Nabil, un commerçant de 59 ans.

"Il est peu probable que ces attentats empêchent les Irakiens de voter"

Un peu plus tard, sept soldats ont été tués et 25 blessés dans deux attaques perpetrées presque simultanément par des kamikazes contre des militaires attendant de voter à Bab al-Mouazam et al-Mansour, deux quartiers de Bagdad, selon le ministère de l'Intérieur.

"Le kamikaze était un jeune homme, il s'est fait exploser contre un véhicule de la police militaire" a dit à l'AFP un soldat témoin de l'attaque à al-Mansour, où trois soldats ont été tués.

La veille déjà, un triple attentat portant la marque d'Al-Qaïda a fait 33 morts et 55 blessés à Baqouba au nord de Bagdad.

Ces attentats ont eu lieu malgré une forte mobilisation de l'armée et de la police.

Environ 19 millions d'Irakiens doivent se rendre aux urnes dimanche dans les 18 provinces qui constituent autant de circonscriptions.

A Bagdad, environ 200.000 membres des forces de sécurité seront mobilisés. La circulation sera interdite aux véhicules dans les villes.

"(Nous) avons décidé d'empêcher ces élections par tous les moyens possibles,

principalement par des moyens militaires", a menacé le chef d'Al-Qaïda en Irak, Abou Omar al-Baghdadi, dans un message audio le 12 février, qualifiant le scrutin de "crime politique manigancé par les chiites".

"Les Irakiens sont responsables de la sécurité pour ces élections et ce n'est qu'à leur demande que les forces américaines fourniront de l'aide", a déclaré une porte-parole américaine, Elizabeth Feste.

En 2005, les forces américaines, qui doivent quitter le pays d'ici la fin 2011 après le

départ des forces combattantes dans six mois, protégeaient les urnes aux côtés des forces irakiennes.

Pour ces deuxièmes législatives depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, 6.218 candidats dont 1.801 femmes briguent 325 sièges. Quatre-vingt-six listes sont en lice.

Lors du scrutin "spécial" de jeudi, les malades ont voté dans les hôpitaux et les prisonniers condamnés à des peines inférieures à cinq ans dans leurs centres de détention.

"J'ai voté pour un laïc", a déclaré une infirmière de 40 ans de l'hôpital Ibn al-Haitham à Bagdad, estimant que "l'Irak ne doit pas être dirigé par des partis religieux".

Dans les trois provinces du Kurdistan (nord), 58.000 personnes, dont 45.000 pechmergas (combattants kurdes), votaient au milieu de strictes mesures de sécurité.

Vendredi, ce sont les 1,4 million d'Irakiens résidant à l'étranger qui doivent voter.

  


   

  

 

Première publication : 04/03/2010

COMMENTAIRE(S)