Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

LE DÉBAT

Clinton – Trump : un duel décisif ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Mondial de l'auto : un salon en perte de vitesse ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Clinton - Trump : un premier face-à-face décisif

En savoir plus

Culture

Manish Arora en ambassadeur des couleurs sur les podiums

Texte par Daphné SEGRETAIN

Dernière modification : 05/03/2010

C'est sous les lambris du prestigieux lycée parisien Henri-IV que le couturier indien Manish Arora a présenté sa collection automne-hiver 2010-2011 inspirée par les couleurs chamarrées de l'Art déco.

En ce deuxième jour des collections de prêt-à-porter féminin parisien, toute une foule de "fashion addicts" s’est pressée devant les portes du lycée Henri-IV, place du Panthéon. C’est dans les allées de la magistrale bibliothèque en bois de l'établissement que le couturier indien Manish Arora a choisi de faire son défilé.

Rock endiablé, jeu de lumière et mise en scène millimétrée... Place au show ! Portées par la "Music for Men" de Gossip, les mannequins se pavanent, arborant robes et coiffures hautes en couleur. Manish s’est inspiré de la période Art déco pour décliner sa collection. Robes aux genous, jupes tulipes, vestes "oversize" et jodhpur composent son vestiaire structuré.

Une première série de modèles portent des robes à sequins bariolées et aux couleurs acidulées. Bleu électrique, orange ou vert émeraude se déclinent dans toute sa collection. Une seconde déambule dans des matières plus légères. De la soie, du satin, de l'organza ou encore du taffetas... Autant de tissus qui contrastent avec un imprimé dur, souvent imposant, presque architectural.

Les silhouettes sont celles des années 1920-1930 : robes près du corps, jupes aux genoux, décolletés rectangle ou V ultra plongeant, les structures sont souvent poussées à l’extrême. Au paroxysme de son illumination, le styliste n’hésite pas à faire défiler sa troupe avec pour seule lumière, des filaments lumineux dans les oreilles.
 

Manish Arora décrypte sa collection

Première publication : 04/03/2010

  • FASHION WEEK

    La douceur des années 1950 selon Dries Van Noten

    En savoir plus

  • MODE

    Paris ouvre ses portes au prêt-à-porter féminin automne-hiver 2010-2011

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)