Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar : l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : le statu quo diplomatique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

SCIENCES

L'œuf à remonter le temps de l'écriture

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/03/2010

Des chercheurs ont découvert en Afrique du Sud des coquilles d'œufs vieilles de plus de 60 000 ans sur lesquelles ont été gravée ce qui pourrait constituer la forme la plus ancienne forme d'écriture jamais observée.

Elles ressemblent à de vulgaires coquilles d’œuf, mais à y regarder de plus près, elles pourraient être une petite révolution dans l’histoire de l’écriture. Une équipe de scientifiques, menée par Jean-Pierre Texier, chercheur à l’université de Bordeaux, a découvert sur ces fragments d’œufs des traces de ce qui semble être la plus ancienne forme d’écriture jamais observée.

Selon leurs estimations, ses inscriptions remonteraient à 60 000 ans alors que les plus vieux gribouillis attestés jusqu’à présent datent de 40 000 années. Cette découverte a été faite dans des caves de Diepkloof en Afrique du Sud, terrain de jeu de ces scientifiques depuis 1999.

Au total, 270 coquilles présentent des formes géométriques qui laissent supposer une écriture. Selon le compte-rendu de l’équipe de Jean-Pierre Texier - à paraître cette semaine dans le magazine américain "Proceedings of the National Academy of Science" - ces graphies expriment un sentiment de propriété.

Conscience

Les scientifiques penchent pour l’hypothèse d’une vraie forme d’écriture, et non pas de l’art pictural, car les motifs se répètent et leur forme évolue entre les plus anciennes coquilles (plus de 60 000 ans) et les plus récentes (55 000 ans). L’évolution de la graphie est considérée comme un des signes constitutifs de l’écriture.

Si cette découverte venait à être confirmée, elle permettrait également de réviser certains jugements sur l’homme vivant durant l’âge de pierre, du moins dans cette partie du globe. En effet, selon les spécialistes, l’expression du sentiment de propriété nécessite d’avoir conscience de soi. Jusqu’à présent, ce n’était pas une évidence.

 

Crédit photo : Jean-Pierre Texier/Diepkloof Project

Première publication : 05/03/2010

COMMENTAIRE(S)