Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Teddy Riner : "Je suis allé chercher ma deuxième médaille d’or avec les tripes"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Rio c'est parti, Lille c'est fini !

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mort d'Adama Traore : la troisième autopsie n'aura pas lieu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkini : le Conseil d'état tranche, le débat politique continue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive turque en Syrie - Arrêté anti-burkini suspendu

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Les secrets de l'Hôtel des Invalides

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Fiscalité, épargne, travail : les promesses économiques du candidat Sarkozy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le patriotisme économique prôné par Montebourg peut-il fonctionner ?

En savoir plus

FOCUS

Présidentielle au Gabon : bataille électorale à Port-Gentil

En savoir plus

EUROPE

Georges Papandréou vient chercher en Allemagne le "soutien" de Berlin

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2010

Alors que les députés grecs s'apprêtent à adopter un plan d'austérité budgétaire pour lutter contre le déficit du pays, le Premier ministre se rend en Allemagne pour y chercher "le soutien" d'Angela Merkel, non "l'argent du contribuable allemand".

AFP - Le Premier ministre grec Georges Papandréou, attendu à Berlin vendredi après-midi, a assuré dans un entretien publié en Allemagne vendredi qu'il était venu chercher "le soutien" de son homologue Angela Merkel, et pas lui demander de l'argent.
   
"Nous ne demandons pas d'argent", a déclaré M. Papandréou au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, "ce dont nous avons besoin c'est un soutien de l'Union européenne et de nos partenaires, pour pouvoir contracter des crédits sur les marchés à de meilleurs conditions".
   
"Si nous ne recevons pas cette aide, nous ne pourrons pas mettre en oeuvre les changements que nous envisageons", a-t-il ajouté.
   
La Grèce, qui se débat dans de gros problèmes budgétaires et croule sous le poids de sa dette, ne veut pas être "le Lehman Brothers de l'Union européenne", a indiqué le premier ministre, en référence à la banque américaine dont la faillite en septembre 2008 avait secoué les marchés et précipité une crise financière et économique sans précédent.
   
M. Papandréou devait rencontrer en fin d'après-midi la chancelière allemande, une visite qui retient toute l'attention des marchés financiers même si Mme Merkel a assuré qu'elle aurait simplement pour objet "les bonnes relations entre la Grèce et l'Allemagne".
   
Le chef du gouvernement grec s'est insurgé contre l'image renvoyée par la presse allemande, qui suggère que les Grecs attendent une aide financière de l'Allemagne. Le quotidien le plus lu d'Allemagne Bild est en outre parti en campagne contre le gaspillage et la corruption en Grèce.
   
"Nous n'avons pas demandé au contribuable allemand (...) de nous payer nos vacances et nos retraites, affirmer cela est injuste", s'emporte M. Papandréou. "Et les Grecs n'ont pas la corruption dans les gènes, tout comme les Allemands n'ont pas le nazisme dans les leurs", ajoute-t-il.
 

Première publication : 05/03/2010

COMMENTAIRE(S)