Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Economie

Les résultats de Veolia légèrement meilleurs que prévu en 2009

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2010

Le bénéfice net annuel du numéro un mondial des services à l'environnement s'est accru de 44 % en 2009, à 584 millions d'euros. L'entreprise maintient toutefois son plan de réduction des coûts, ainsi que son programme de cession.

REUTERS - Veolia Environnement publie des résultats 2009 légèrement supérieurs aux attentes malgré ses activités dans les déchets et annonce la poursuite de son programme d’économies et de cessions à un horizon de trois à cinq ans.

Le numéro un mondial des services à l’environnement a indiqué qu’il visait pour 2010 une hausse de son résultat opérationnel récurrent, prévoyant en outre une progression moyenne annuelle de 4 à 8% à un horizon de trois à cinq ans.

Toujours à cette échéance, il compte poursuivre son programme de cessions sur la base d’un milliard d’euros de cessions par an en moyenne. L’objectif total de trois milliards pour 2009-2010 est maintenu, 1,3 milliard de cessions ayant été réalisées l’année dernière.

L’action est quasi-stable à 25 euros en tout début de séance.

Veolia a également relevé de 220 millions à 250 millions d’euros de réductions de coûts additionnels en 2010, un rythme annuel qu’il compte maintenir à l’horizon de trois à cinq ans.

« Il s’agit pour nous de restaurer la rentabilité afin de nous donner les moyens d’une croissance organique rentable sans augmenter la dette », a déclaré lors d’une conférence téléphonique Antoine Frérot, son directeur général.

Il a précisé que la conjoncture était « toujours incertaine » pour 2010, soulignant que le groupe ne constatait pas de rebond des volumes de déchets traités.

Veolia a toutefois souligné que, pour la première fois depuis le début de la crise, le niveau d’activité au quatrième trimestre 2009 dans le secteur Propreté avait été stable à périmètre et change constants par rapport au quatrième trimestre 2008.

Le groupe vise pour l’année en cours un free cash flow positif après dividende, lequel est maintenu à 1,21 euro par action au titre de 2009. Il table également sur une hausse moyenne de 9 à 10% de son ROCE (rentabilité des capitaux employés) à l’horizon de trois à cinq ans.

Veolia a fait savoir que ses discussions se poursuivaient avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) au sujet du nouvel ensemble que le groupe prévoit de former avec Transdev dans le transport de voyageurs et qu’il avait prévu de céder certains contrats en France et des activités à l’international dans le transport dans ce cadre.

Antoine Frérot a indiqué que le projet entrait « dans une phase de finalisation ». Veolia espère un feu vert de Bruxelles à la fin 2010, après la consultation de l’ensemble des instances représentatives du personnel concernées qui devrait s’achever courant avril.

« Compte tenu de ces contraintes (...), la mise en Bourse pourrait avoir lieu au premier semestre 2011 », a-t-il précisé.

La capacité d’autofinancement opérationnelle de Veolia ressort à 3.955,8 millions d’euros au 31 décembre 2009, en baisse de 1,7% à change constant et de 3,6% à change courant, au-dessus du consensus réalisé par Thomson Reuters I/B/E/S et la rédaction, qui s’établissait à 3.914 millions.

Le plan d’efficacité de Veolia lui a apporté 255 millions d’euros en 2009, contre 180 millions initialement prévus, tandis que son plan dans la propreté s’est traduit par 126 millions de gains contre 100 millions prévus.

Son résultat net part du groupe a atteint 584 millions d’euros en 2009 (+44%) - contre un consensus de 543 millions - alors qu’il avait comptabilisé en 2008 une dépréciation de 430 millions en Allemagne.

Le résultat opérationnel s’est pour sa part établi à 2.020,1 millions d’euros, en hausse de 3,0% (+6,1% à change constant). Le résultat opérationnel récurrent ressort quant à lui à 1.932,4 millions, en baisse de 15,1% (-12,4% à change constant).

Son chiffre d’affaires a baissé de 3,4% à 34.551 millions (-2,5% à change constant), contre 35.484 millions attendus.

L’endettement financier net du groupe baisse à 15,1 milliards d’euros contre 16,5 milliards à fin 2008.

 

Première publication : 05/03/2010

COMMENTAIRE(S)