Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

EUROPE

Viktor Ianoukovitch se rend à Moscou pour appaiser les relations russo-ukrainiennes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/03/2010

Le nouveau président ukrainien se rend en Russie, ce vendredi, pour tenter de normaliser les relations entre Kiev et Moscou qui se sont détériorées sous la présidence du chef de l'État sortant Viktor Iouchtchenko, considéré comme pro-occidental.

AFP - La Russie et l'Ukraine vont s'efforcer vendredi de tourner la page sur les vives tensions qui ont marqué leurs relations diplomatiques ces dernières années, avec une première visite très attendue à Moscou du nouveau président ukrainien Viktor Ianoukovitch.
   
Il doit rencontrer son homologue Dmitri Medvedev ainsi que le Premier ministre Vladimir Poutine.
   
M. Ianoukovitch, qui vient de succéder au pro-occidental et ennemi du Kremlin Viktor Iouchtchenko, dédie ainsi son deuxième voyage officiel à la Russie, dont il est considéré comme proche.
   
Le premier l'avait conduit à Bruxelles lundi, ce qui n'est pas allé sans faire quelques vagues en Russie. Il y avait déclaré que l'intégration européenne restait la priorité de Kiev, ce qui aurait déplu à Moscou, selon la presse.
   
Dans une interview jeudi, M. Ianoukovitch a tenté de convaincre que l'ordre de ses déplacements ne signifiait rien.
   
"On m'a invité à Bruxelles le 1er mars et en Russie le 5 mars. Si cela avait été le contraire, je serais allé d'abord en Russie", a-t-il déclaré à Interfax.
   
"Cette visite marquera un tournant vers l'amélioration de nos relations," a-t-il promis.
   
Les relations entre Moscou et Kiev ont touché le fond sous la présidence de Viktor Iouchtchenko, arrivé au pouvoir en 2005 suite à un soulèvement populaire baptisé Révolution orange et à l'invalidation pour fraude de la victoire électorale de M. Ianoukovitch. Ces événements ont été vécus comme une humiliation par la Russie qui le soutenait ouvertement.
   
Cinq ans plus tard, M. Ianoukovitch arrive enfin à Moscou dans son costume de chef d'Etat. Sa première rencontre avec M. Medvedev "après une longue pause doit contribuer (...) à rétablir les relations de bon voisinage", a sobrement indiqué le Kremlin.
   
Des sujets délicats figurent à l'agenda comme l'énergie ou le statut de la flotte russe de la mer Noire basée à Sébastopol (sud de l'Ukraine).
   
Moscou insistera sur "le respect de tous les contrats dans le domaine gazier pour garantir les livraisons aux consommateurs européens", victimes d'une interruption de deux semaines au beau milieu de l'hiver en janvier 2009 suite à un conflit russo-ukrainien, selon la présidence russe.
   
M. Ianoukovitch avait déclaré pendant sa campagne électorale qu'il entendait renégocier les accords gaziers avec la Russie en raison du prix "injuste" payé par Kiev pour les livraisons russes.

 

Première publication : 05/03/2010

  • UKRAINE

    Motion de censure votée contre le gouvernement Timochenko

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Viktor Ianoukovitch donné vainqueur de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)