Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile témoigne de la tempête de neige aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

FRANCE

Le présentateur-vedette des années 1970 Roger Gicquel est décédé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2010

Le journaliste Roger Gicquel est décédé hier d'un infarctus à l'âge de 77 ans. Resté célèbre pour sa formule "La France a peur" prononcée à l'antenne en 1976, il a fait les grandes heures du journal télévisé de TF1 dans les années 1970.

AFP - Le journaliste Roger Gicquel, présentateur-vedette du journal télévisé dans les années 1970, célèbre pour sa phrase d'ouverture d'un JT "La France a peur", est décédé samedi des suites d'un infarctus, à l'âge de 77 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.
   
Né le 22 février 1933 à Thiers-sur-Thève (Oise), Roger Gicquel est d'abord steward au sein de la compagnie UTA et comédien de 1953 à 1960, avant de débuter sa carrière de journaliste au Parisien-libéré en 1961.
   
Il y reste dix ans, puis intègre en 1971 le service d'information de l'Unicef, où il travaillera deux ans en tant que consultant.
   
Il se fait connaître à la radio en présentant la revue de presse de France-Inter (1968-1973), dont il est grand reporter à partir de 1969.
   
Directeur de l'information à l'ORTF entre 1973 et 1974, Roger Gicquel invente un nouveau style de JT, très personnalisé, lorsqu'il devient présentateur vedette du journal de 20 heures sur TF1.
   
Il reste célèbre pour sa phrase d'ouverture du journal de 20 heures le 18 février 1976 : "La France a peur", qui soulignait l'émotion provoquée par le meurtre du petit Philippe Bertrand par Patrick Henry.
   
Après six ans de collaboration avec la première chaîne, las d'occuper la même fonction et gêné par sa célébrité, Roger Gicquel avait décidé d'arrêter le JT en 1981.
   
Il ne quitte pas l'audiovisuel pour autant. Il tient une chronique sur Europe 1, puis produit et anime l'émission "Vagabondages" sur TF1, au cours de laquelle il reçoit des personnalités du monde socio-culturel. Disparaissant de nouveau du petit écran, il retourne à la radio, en tant que chargé de la revue de presse du week-end sur France-inter, de 1987 à 1994.
   
Dans sa dernière émission, sur France 3-Ouest, il anime l'émission hebdomadaire "En flânant", grâce à laquelle il retrouve la Bretagne de son enfance. L'émission s'arrête en 1997.
   
Depuis, Roger Gicquel avait poursuivi la ballade en écrivant. Il est notamment l'auteur de "Tous les chemins mènent en Bretagne" (1998) et plus récemment "Croisières et escales en Bretagne" (2007).
   
Plusieurs personnalités du monde des médias ont salué sa mémoire.
   
Pour l'animateur Michel Drucker, il a "marqué l'histoire du journal télévisé et de l'information". "Il avait un ton, il ne séparait pas l'info du commentaire, prenait l'info à son compte", a déclaré l'animateur à l'AFP dans les coulisses des Victoires de la musique qu'il a co-animé.
   
Roger Gicquel "était un très bon journaliste. Il a été le journaliste star entre Léon Zitrone et Patrick Poivre d'Arvor", a-t-il ajouté.
   
"Il avait une profonde humanité. Il aimait les gens. Il a été le premier à personnaliser l'information avec des éditoriaux", a réagi M. Poivre d'Arvor, dont Roger Gicquel avait été le directeur de l'information à France Inter en 1972.
   
"Il n'avait aucun amour pour la notoriété et c'est en partie pour cela qu'il a décidé de partir", a-t-il rappelé.
   
Philippe Gildas, dont Roger Gicquel a également été le patron à France Inter, a salué la mémoire d'un "grand journaliste".
   
"Il a apporté beaucoup de sentiment et d'humanité à l'information. Il y mettait tout son coeur et sa personnalité", a estimé M. Gildas, qui fait partie des présentateurs qui co-animent les 25e Victoires de la musique.
   
Pour Guillaume Durand, qui a déclaré "ressentir beaucoup de tristesse", Roger Giquel "a personnifié et incarné le JT. Il avait un ton et un style".
   

 

Première publication : 07/03/2010

COMMENTAIRE(S)