Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sur les traces de l’imam Gülen, ennemi juré d’Erdogan exilé aux États-Unis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Avengers Station : les super-héros débarquent à Paris!

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Visas : l'Europe cède aux exigences de la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sauve qui Trump !

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

L’intelligence économique, un secteur en pleine évolution

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaires aux États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Primaires aux États-Unis : la voie est libre pour Donald Trump (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Sanofi : les 16 millions € du patron font gonfler la polémique

En savoir plus

Moyen-orient

Les touristes bientôt de retour sur le site de Babylone ?

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/03/2010

En Irak, certains espèrent un rapide retour au calme après les élections qui permettrait, à terme, de voir les touristes revenir dans le pays. Tel est le cas à Babylone, un lieu chargé d'histoire qui était, récemment encore, une base américaine.

À une centaine de kilomètres au sud de Bagdad se trouvent les ruines de Babylone, dont le nom signifie littéralement "la porte des dieux". La première mention de cette ville remonte à 2 200 ans avant Jésus Christ.

"Ce lieu est le centre de notre monde, le cœur de nos sociétés. Ici ont vécu de grands rois, notamment Nabuchodonosor II", explique Ali Hussen, un archéologue. 

La cité a été laissée à l'abandon jusquà la prise de pouvoir de Saddam Hussein, qui a décidé de la restaurer. Le raïs, qui aimait à se présenter comme le successeur des grands rois babyloniens, pensait effectivement pouvoir en retirer un important bénéfice pour sa propagande nationale. En 1995, un important chantier de rénovation a donc été lancé, dans le cadre duquel Saddam Hussein s'est fait construire un palais surplombant le site archéologique. Et, comme les anciens souverains babyloniens, il a fait graver son nom sur les briques de certains édifices...

En 2003, l'armée américaine y a installé son "camp alpha" avec soldats, hélicoptères et blindés. Des tranchées y ont même été creusées. Aujourd'hui, les "black hawks" américains survolent toujours Babylone, mais la citée est déserte.

"Actuellement, il n'y a pas de touristes. Mais j'espère qu'il y en aura bientôt, confie Ali Hussen. La situation sécuritaire est meilleure en Irak."

 

Première publication : 07/03/2010

COMMENTAIRE(S)