Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Les musées français les plus visités bientôt ouverts sept jours sur sept

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Foot américain : un joueur musulman sanctionné pour une prière

    En savoir plus

  • Budget 2015 : la baisse des dépenses à pas feutrés

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donetsk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

Economie

EADS renonce à un super-contrat avec l'US Air Force

Vidéo par Hélène DROUET

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/03/2010

EADS a décidé de ne pas soumettre de nouvelle offre pour le renouvellement de la flotte d'avions-ravitailleurs de l'US Air Force, laissant le champ libre à son principal concurrent, Boeing. Retour sur 9 ans de rivalité politico-économico-judiciaire.

Septembre 2001 - Octobre 2004 : éthique et conflit d’intérêts

En septembre 2001, l’US Air Force décide de remplacer sa flotte d'avions-ravitailleurs qui n’a pas été rénovée depuis 50 ans. Darleen Druyun, à l'époque numéro 2 des acquisitions de l'armée de l'air américaine, rencontre alors les responsables de Boeing pour évoquer l’achat d’une centaine d’appareils. En janvier 2002, les dés semblent jetés lorsqu'une loi du Congrès ouvre la voie à la signature d'un contrat avec le constructeur de Chicago, estimé à plus de 20 milliards de dollars.

Mais le mois suivant, l’aviation américaine sonde EADS, la maison-mère d'Airbus, sur ce même dossier. Les commentateurs estiment toutefois qu’il ne s’agit que d’une démarche purement formelle.

Plusieurs sénateurs se demandent cependant pourquoi tout va si vite alors que les sommes d'argent en jeu sont colossales. Le pot aux roses est découvert peu après, quand il s'avère que Darleen Druyun négociait un poste chez Boieng, en plus des avions destinés à l'US Air Force. Elle le décroche en novembre 2002, pour un salaire annuel de 250 000 dollars.

Son embauche provoque une vague de protestations et, en 2004, la transaction capote. Entre-temps, Boeing a licencié Darleen Druyun, qui sera condamnée à 9 mois de prison pour "conflit d’intérêts".

Septembre 2005 - Septembre 2008 : politique et erreurs techniques

En septembre 2005, Northrop Gumman, un poids lourd du secteur américain de la défense, s’associe à l’européen EADS pour soumettre une proposition concurrente à celle de Boeing. En avril 2006, le Pentagone fait savoir qu’un nouvel appel d’offres "juste et honnête" pour la construction de 179 ravitailleurs sera formulé.

Le contrat est encore plus juteux qu’auparavant, puisqu’il est estimé à 35 milliards de dollars. En avril 2007, Boeing et Northrop soumettent des offres examinées par 150 experts !

La bataille économique dérive alors vers le champ politique. Boeing fait jouer la fibre patriotique et contraint Northrop à affirmer que les chantiers se situeront tous aux États-Unis. Après plusieurs mois de bagarre, EADS remporte finalement l’appel d’offres, en février 2008.

Boeing dépose une plainte en mars pour invalider cette décision, faisant valoir des "erreurs techniques dans le processus d’acquisition" par EADS. Le gouvernement Bush donne raison à l’avionneur américain, et le Pentagone annule le contrat. Ce second acte se termine en septembre 2008 par ces mots du secrétaire d'État à la Défense, Robert Gates : "Ce contrat est devenu trop politique".

Septembre 2009 - Mars 2010 : acte final ?

Le 25 septembre 2009, l’US Air Force propose un nouveau cahier des charges, immédiatement critiqué par EADS. Le groupe européen estime qu’il est biaisé en faveur de Boeing...

Une nouvelle mouture de l’appel d’offres est rendu publique le 24 février 2010, mais EADS estime que les changements ne sont pas significatifs. De son côté, Boeing annonce qu’il va faire une proposition. Le 9 mars, Northrop et EADS se retirent de la compétition. Ils ne contesteront pas l’attribution du contrat à Boeing.

Première publication : 09/03/2010

COMMENTAIRE(S)