Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Le scrutin s'achève sur fond de violences dans la région de Bouira

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

Economie

L'A400M et l'A380 plombent les résultats d'EADS

©

Vidéo par Christopher BOCKMAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/03/2010

Le géant européen de l'aéronautique annonce une perte nette de 763 millions d'euros en 2009. Les déboires de ses deux projets phares, l'A380 et l'avion de transport militaire A400M, ont eu un fort impact sur ses résultats.

REUTERS - EADS a déclaré mardi viser un résultat opérationnel d'environ un milliard d'euros en 2010 après avoir publié des résultats annuels marqués par les difficultés de ses deux grands programmes, l'A400M et l'A380.

Le groupe européen d'aéronautique et de défense a annoncé son intention de ne pas verser de dividende 2009 mais envisage de rémunérer à nouveau les actionnaires au titre de l'exercice 2010.

Vers 10h00, une demi-heure après l'ouverture de la Bourse de Paris, l'action EADS reculait de 5,32% à 15,03 euros.

"La perspective pour 2010 est très décevante. Au-delà, l'évolution du contrat des ravitailleurs est une déconvenue; l'augmentation de la production des monocouloirs est positive mais à moyen terme seulement", souligne Markus Turnwald, analyste auprès de DZ Bank.

EADS a indiqué qu'il entendait relever les cadences de production des monocouloirs d'Airbus, sa première division, à partir de décembre prochain. A cette date, le constructeur assemblera 36 avions de la famille A320 par mois, contre 34 actuellement.

Airbus devrait en outre livrer le même nombre d'avions cette année qu'en 2009 (498 livraisons) et espère placer entre 250 et 300 commandes brutes. Eurocopter de son côté prévoit une baisse de ses livraisons de 6%.

"Le redressement progressif du trafic aérien et des revenus des compagnies aériennes, notamment sur les marchés émergents, devrait commencer par stabiliser leurs finances avant d'enclencher un mouvement de reprise des commandes d'avions", explique EADS dans un communiqué.

"À l'avenir, la performance de l'EBIT d'EADS dépendra de la capacité du groupe à exécuter les programmes A400M, A380 et A350, conformément aux engagements passés avec ses clients", ajoute-t-il.

Le partenaire d'EADS aux Etats-Unis, Northrop Grumman, a décidé lundi de renoncer à participer à l'appel d'offres lancé par l'armée de l'air américaine pour le remplacement de ses avions ravitailleurs, un marché dont la première tranche est évaluée à quelque 35 milliards de dollars. Cette décision laisse Boeing, grand concurrent d'EADS, seul en course.

Au cours d'un point de presse, Louis Gallois, président exécutif d'EADS, a toutefois souligné que ses équipes n'envisageaient pas de présenter une offre sans partenaire.

"Nous n'avons aucune chance de gagner la compétition dans ces conditions", a-t-il fait valoir.

 

L'A380, UNE CHARGE DE 457 EUROS LA MINUTE

EADS a été pénalisé l'an passé par une nouvelle provision de 1,8 milliard d'euros au titre du programme d'avion de transport militaire A400M et par une charge de 240 millions liée au gros porteur A380, soit 457 euros par minute, auxquelles s'ajoutent des effets de change défavorables estimés à 2,5 milliards.

La perte opérationnelle 2009 d'EADS ressort à 322 millions d'euros, à comparer à un résultat de 2,83 milliards en 2008. La perte nette s'inscrit à 763 millions d'euros, contre 1,57 milliard un an plus tôt, tandis que le chiffre d'affaires marque une diminution de 1% à 42,82 milliards d'euros.

Avant éléments exceptionnels, le résultat opérationnel s'élève à 2,2 milliards d'euros. Huit analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne 694 millions.

A fin décembre, la trésorerie nette atteignait 9,8 milliards d'euros, contre 9,2 milliards fin 2008.

EADS avait prévenu vendredi que ses résultats basculeraient dans le rouge du fait d'une nouvelle "charge A400M". Celle-ci porte à 4,2 milliards d'euros la provision totale du groupe sur le programme mais intervient néanmoins à la suite d'un accord avec les pays clients qui autorise la poursuite du projet.

"De manière tout à fait exceptionnelle, compte tenu de l'importance des pertes constatées en 2009, le conseil d'administration d'EADS propose à l'assemblée générale des actionnaires de ne pas verser de dividende au titre de l'exercice", explique EADS.

Louis Gallois a en revanche précisé que l'entreprise prévoyait de reprendre le versement d'un dividende l'année prochaine.

Première publication : 09/03/2010

Comments

COMMENTAIRE(S)