Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Sports

Sébastien Chabal : "Je ne suis pas une star"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/03/2010

"Chabalmania", parcours des Bleus dans le tournoi des VI Nations, Twitter... Dans un entretien exclusif accordé à FRANCE 24, le deuxième ligne du XV de France, Sébastien Chabal, livre ses vérités. En toute modestie.

Sébastien Chabal la joue modeste. "Je ne suis pas une star, je suis un joueur comme un autre", explique dans un entretien à FRANCE 24 celui que la presse anglo-saxonne aime à qualifier de "Caveman", pour son look si particulier d’homme des cavernes.

"J’ai un peu été mis en haut de l’affiche pendant la Coupe du monde 2007, poursuit l’international tricolore aux 53 sélections. Depuis, mon image continue d’évoluer et de grandir. Ce qui est bien, c’est que cela porte l’image du rugby auprès d’un public qui était moins connaisseur et qui, maintenant, vient tous les week-ends remplir les stades."

"On peut entrevoir le Grand chelem"

Cette année, la "Chabalmania" a toutes les chances de connaître un second souffle si le XV de France remporte un Grand chelem, qui lui tend les bras après trois victoires en autant de matchs du tournoi des VI Nations.
 
"On a fait une belle prestation au Pays de Galles, estime Sébastien Chabal. Pour moi, c’était le match le plus compliqué. Maintenant, on peut entrevoir, pourquoi pas, un Grand Chelem. On va commencer par le match qui nous attend ce week-end face à l’Italie, qui a accroché toutes les équipes qu’elle a rencontrées durant le tournoi. Après, on recevra avec plaisir l’Angleterre, une équipe qu’on a toujours du mal à jouer, nous, les Français."

"Pour le moment, le moral est bon, et on fera tout pour réussir", jure le troisième ligne du Racing Metro-92, dont le palmarès déjà bien fourni (champion d’Angleterre, Challenge européen, une victoire dans le Tournoi en 2007) s’enrichirait volontiers d’un Grand Chelem.

Près de 10 000 fans sur Twitter

Le tournoi 2010
avait pourtant mal commencé pour lui. Le 1er février, une semaine avant le premier match, Chabal annonce sur Twitter qu’il s’est blessé à l’entraînement. "Et m...., je suis forfait pour l'Ecosse. Une lombalgie qui dure un peu. Retour à la maison et repos. Quelle galère!", gazouille la star du rugby.

Les abonnés à son fil Twitter sont donc mis au courant avant tous les médias traditionnels. "C’est un gros quiproquo. Je me suis blessé le vendredi. J’ai essayé de me soigner avec le staff médical. Tout le monde était au courant, au club comme en équipe de France. C’est en rentrant chez moi le lundi midi que j’ai annoncé ça sur Twitter. Ce n’était pas une annonce officielle. C’était une humeur," explique après coup Sébastien Chabal.

De quoi parier que de nombreux fans le rejoindront sur le réseau social pour connaître son "humeur" en cas de victoire contre l’Angleterre et de Grand Chelem le 20 mars au soir…


Première publication : 11/03/2010

COMMENTAIRE(S)