Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Trump, les clandestins, et les valeurs de l'Amérique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

Afrique

Libération d'une otage espagnole aux mains d'Al-Qaïda au Maghreb

Texte par Dépêche

Dernière modification : 26/07/2010

Selon Serge Daniel, correspondant RFI pour FRANCE 24 à Bamako, une Espagnole, retenue en otage par la branche maghrébine d'Al-Qaïda au Mali, a été libérée. Une Italienne d'origine burkinabè serait en cours de libération.

AFP - Une Espagnole et une Italienne, retenues en otage par la branche maghrébine d'Al-Qaïda dans le nord du Mali, sont en cours de libération et "en train de partir pour le Burkina" Faso voisin, a indiqué mercredi à l'AFP un des négociateurs maliens.
   
"C'est le Burkina qui s'occupe de cela. Effectivement, les nouvelles sont bonnes. Actuellement, les deux femmes sont en train de partir pour le Burkina", a indiqué ce négociateur sous couvert de l'anonymat et sans donner plus de précision.
   

"Le Burkina Faso est aux commandes dans cette affaire"


La ressortissante italienne, Philomène Kabouré, 39 ans, est d'origine burkinabè. Selon des sources proches de la négociation, elle avait dans un premier temps refusé d'être libérée pour rester avec son mari italien, Sergio Cicala, 65 ans, toujours détenu.
   
Un peu plus tôt dans la matinée, une source antiterroriste à Madrid avait affirmé que l'otage espagnole Alicia Gamez, 39 ans, retenue au Mali depuis fin novembre avec deux autres Espagnols d'une ONG catalane, était "en cours de libération".
   
Elle "est en train d'être conduite en lieu sûr", avait indiqué à l'AFP la source à Madrid.
   
La numéro deux du gouvernement espagnol Maria Teresa Fernandez de la Vega, a confirmé s'être rendue mardi à Barcelone (nord-est) pour parler avec les familles des trois otages de l'ONG Barcelona Accio solidaria, "face à la possibilité" de développements à venir dans la prise d'otages.
   
La vice-présidente du gouvernement espagnol a toutefois appelé à la prudence. "Il y a une ouverture que nous espérons positive", a déclaré Mme de la Vega.
   
A son arrivée au Parlement pour une session de contrôle du gouvernement, le chef du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a déclaré: "Nous devons être un peu prudent mais les choses vont dans le bon sens et j'espère que dans peu de temps nous pourrons donner des bonnes nouvelles".
   
Il a toutefois demandé "un peu de patience jusqu'à ce que se confirment les bonnes nouvelles".
   
Jusqu'à présent, l'ensemble du gouvernement se refusait à tout commentaire sur la situation des trois otages espagnols, appelant seulement à la "prudence et à la discrétion".
   
Si les libération des deux femmes se confirmait, la branche maghrébine d'Al-Qaïda détiendrait toujours trois Européens - deux humanitaires espagnols et un touriste italien - tous enlevés en Mauritanie.
   
Un sixième otage, le Français Pierre Camatte, a été libéré le 23 février dans le nord du Mali.

Première publication : 10/03/2010

COMMENTAIRE(S)