Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "L'objectif de Trump est de renverser le régime iranien"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "Le populisme c'est l'échec des élites"

En savoir plus

Asie - pacifique

La loi oblige la LND à exclure sa présidente, l'opposante Aung San Suu Kyi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2010

Selon la nouvelle législation promue par la junte en vue des élections législatives, quiconque purge une peine de prison ne peut appartenir à un parti, ce qui signifie que la LND doit exclure sa présidente Aung San Suu Kyi

AFP - La nouvelle législation en Birmanie oblige la Ligue nationale pour la démocratie (LND) à exclure sa présidente, l'opposante Aung San Suu Kyi, a affirmé mercredi à l'AFP un porte-parole du parti.

Le pouvoir militaire a promulgué lundi cinq textes de lois relatifs à la tenue d'élections législatives dans les mois à venir, les premières dans le pays depuis 1990, mais leur contenu n'était révélé que progressivement dans les médias.

"J'ai constaté que nous devions expulser Mme Suu. Leur attitude est très claire dans la loi", a indiqué Nyan Win, porte-parole de la LND à l'AFP.

La loi sur l'enregistrement des partis politiques stipule notamment que quiconque purge une peine de prison ne peut appartenir à un parti. Mme Suu Kyi purge actuellement une peine de 18 mois d'assignation à résidence.

Les dernières élections il y a vingt ans avaient été remportées par la LND qui n'a cependant jamais été autorisée à exercer le pouvoir. La dissidente a, depuis, passé plus de 14 ans privée de liberté.
 

Première publication : 10/03/2010

  • SOMMET DE L'ASEAN

    Obama appelle la Birmanie à la libération d'Aung San Suu Kyi et à des élections libres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)