Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex-président Habyarimana

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Google Glass lance la “première application de télékinésie”

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

Economie

Paris accuse Washington de favoriser Boeing au détriment d'Airbus

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2010

Avec le retrait du consortium Northrop Grumman-Airbus, le constructeur américain Boeing est assuré de remporter le contrat de 35 milliards de dollars des 179 avions ravitailleurs de l'armée américaine. Au grand dam de Paris et Berlin.

AFP - Le Pentagone a défendu mardi son appel d'offre pour des avions ravitailleurs contesté par les Européens qui regrettent le retrait d'Airbus, assurant que la procédure avait été équitable entre l'avionneur de Toulouse et son concurrent Boeing.

"Que l'on n'attende pas de nous que nous nous excusions de vouloir donner aux contribuables le meilleur avion correspondant aux demandes de l'armée de l'Air", a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman.

Le constructeur aéronautique américain Boeing est désormais assuré de remporter le méga-contrat de 35 milliards de dollars des 179 avions ravitailleurs de l'armée de l'Air américaine, après le retrait annoncé lundi de son compatriote Northrop Grumman allié à l'européen Airbus.

Ce retrait a déclenché la colère des Européens, notamment Paris, où le ministère des Affaires étrangères a mis en garde Washington contre de "possibles implications". A Berlin, le ministre allemand de l'Economie Rainer Brüderle s'est dit prêt à suivre l'affaire "au niveau de l'Organisation mondiale du commerce".

A l'origine, c'est Boeing qui avait obtenu ce contrat en 2003, mais la révélation d'une collusion avec une employée du Pentagone avait conduit à son annulation. Lors d'un second appel d'offre, Airbus avait emporté la mise début 2008, mais la révélation de plusieurs erreurs dans l'évaluation des offres concurrentes avait conduit à une deuxième annulation.

Le consortium Northrop/Airbus estime que l'appel d'offres a été modifié dans un sens favorable à Boeing car il écarte l'avion plus grand proposé par l'européen.

Mais le porte-parole du Pentagone a rejeté cette accusation.

"Une compétition qui amènerait le ministère de la Défense à payer beaucoup plus cher pour des capacités dont nous n'avons pas besoin ne serait pas une bonne compétition", a-t-il fait valoir.

Lundi soir, le Pentagone s'était dit "déçu" par le retrait de Northrop Grumman et d'Airbus. Dans un communiqué, le vice-secrétaire américain à la Défense, William Lynn, avait assuré que la compétition était "structurée de façon équitable".

Le Pentagone "soutient fortement les liens transatlantiques dans l'industrie de défense", avait-il ajouté.

La tournure de la compétition a également été dénoncée au Congrès. Le représentant républicain Howard McKeon a ainsi appelé Northrop à revenir sur sa décision.

 

Première publication : 11/03/2010

  • AÉRONAUTIQUE

    EADS renonce à un super-contrat avec l'US Air Force

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Northrop et Airbus ne fourniront pas le Pentagone en avions ravitailleurs

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)