Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le camp d'Ali Bongo répond aux attaques de Jean Ping

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les français de l'armée israélienne

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : une communauté en proie aux persécutions

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

  • Après l'Union européenne, les États-Unis sanctionnent à leur tour la Russie

    En savoir plus

  • Gaza, entre bombardements et espoirs déçus de trêve

    En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • L'"oiseau" qui murmurait à l'oreille de Maduro que Chavez "est heureux"

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice décidera vendredi d'un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

Economie

Paris accuse Washington de favoriser Boeing au détriment d'Airbus

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2010

Avec le retrait du consortium Northrop Grumman-Airbus, le constructeur américain Boeing est assuré de remporter le contrat de 35 milliards de dollars des 179 avions ravitailleurs de l'armée américaine. Au grand dam de Paris et Berlin.

AFP - Le Pentagone a défendu mardi son appel d'offre pour des avions ravitailleurs contesté par les Européens qui regrettent le retrait d'Airbus, assurant que la procédure avait été équitable entre l'avionneur de Toulouse et son concurrent Boeing.

"Que l'on n'attende pas de nous que nous nous excusions de vouloir donner aux contribuables le meilleur avion correspondant aux demandes de l'armée de l'Air", a déclaré à la presse le porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman.

Le constructeur aéronautique américain Boeing est désormais assuré de remporter le méga-contrat de 35 milliards de dollars des 179 avions ravitailleurs de l'armée de l'Air américaine, après le retrait annoncé lundi de son compatriote Northrop Grumman allié à l'européen Airbus.

Ce retrait a déclenché la colère des Européens, notamment Paris, où le ministère des Affaires étrangères a mis en garde Washington contre de "possibles implications". A Berlin, le ministre allemand de l'Economie Rainer Brüderle s'est dit prêt à suivre l'affaire "au niveau de l'Organisation mondiale du commerce".

A l'origine, c'est Boeing qui avait obtenu ce contrat en 2003, mais la révélation d'une collusion avec une employée du Pentagone avait conduit à son annulation. Lors d'un second appel d'offre, Airbus avait emporté la mise début 2008, mais la révélation de plusieurs erreurs dans l'évaluation des offres concurrentes avait conduit à une deuxième annulation.

Le consortium Northrop/Airbus estime que l'appel d'offres a été modifié dans un sens favorable à Boeing car il écarte l'avion plus grand proposé par l'européen.

Mais le porte-parole du Pentagone a rejeté cette accusation.

"Une compétition qui amènerait le ministère de la Défense à payer beaucoup plus cher pour des capacités dont nous n'avons pas besoin ne serait pas une bonne compétition", a-t-il fait valoir.

Lundi soir, le Pentagone s'était dit "déçu" par le retrait de Northrop Grumman et d'Airbus. Dans un communiqué, le vice-secrétaire américain à la Défense, William Lynn, avait assuré que la compétition était "structurée de façon équitable".

Le Pentagone "soutient fortement les liens transatlantiques dans l'industrie de défense", avait-il ajouté.

La tournure de la compétition a également été dénoncée au Congrès. Le représentant républicain Howard McKeon a ainsi appelé Northrop à revenir sur sa décision.

 

Première publication : 11/03/2010

  • AÉRONAUTIQUE

    EADS renonce à un super-contrat avec l'US Air Force

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    Northrop et Airbus ne fourniront pas le Pentagone en avions ravitailleurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)