Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

Moyen-orient

Bing cache ce sexe que les pays arabes ne sauraient voir

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/03/2010

Une étude de l’organisation américaine Open Net Initiative (ONI) montre que le moteur de recherche de Microsoft filtre les résultats de requêtes à connotation sexuelle dans plusieurs pays arabes.

Les internautes de plusieurs pays arabes ne peuvent pas utiliser Bing, le moteur de recherche concurrent de Google mis au point par Microsoft, pour rechercher les mots "pénis", "homosexualité", "baiser", "pénétration" et toute une ribambelle d’autres termes du même acabit. "Désolé, dans votre pays, nous ne pouvons pas afficher de résultat relatif à cette requête" : telle est, en substance, la réponse fournie par Bing, observe l’Open Net Initiative (ONI), une organisation américaine pour un Internet libre.

La liste des mots filtrés par Bing selon l'ONI

Dans son rapport publié au début du mois de mars, cette vigie du Web relève que, sur une centaine de termes à connotation sexuelle testés aussi bien en anglais qu’en arabe, une vingtaine aboutissent à ce non-résultat. L’enquête a été menée dans quatre pays - l’Algérie, la Lybie, la Jordanie et les Émirats arabes unis -, ce qui conduit l’ONI à en conclure qu’il s’agit d’un mode de filtrage mis en place pour les "pays arabes et du Moyen-Orient" en général.

 L’organisation souligne toutefois que si "pénis" et "sadisme" ne passent pas le filtrage, les requêtes pour "vagin" et "masochisme" ne rencontrent aucun problème. Plus étonnant encore, si Bing bloque "sexe", il accepte sans rechigner "histoire de sexe"…

 Pas la première fois

Microsoft explique que son moteur de recherche exclut délibérément des sites proposant un contenu contraire aux "lois, usages et règles" en vigueur dans ces pays. Une justification balayée par l’ONI, qui souligne que, "appliqué à toute une région, ce type de censure générale ne prend pas en compte les spécificités de chaque pays".

L’organisation rappelle en outre que ses rapports précédents sur l’Internet dans les pays arabes montraient que certains États comme l’Algérie, la Jordanie ou l’Égypte n’avaient aucune politique officielle de censure dans ce domaine.

Microsoft n’a, en revanche, pas précisé s’il avait agi de son propre chef ou à la demande des autorités locales. Google, lui, n’a pas instauré de filtrage particulier pour les pays du monde arabe, constate encore l’ONI.

Ce n’est pas la première fois que le sexe met Bing mal à l’aise. Au mois de juin 2009 déjà, les internautes indiens et malaisiens avaient constaté un filtrage similaire des résultats.

Première publication : 11/03/2010

COMMENTAIRE(S)