Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Le conservateur Sebastian Pinera investi président

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/03/2010

Michelle Bachelet, la présidente sortante du Chili, a transmis le pouvoir à son successeur Sebastian Pinera (photo). Ce dernier a été investi par le Parlement à Valparaiso au moment où le pays venait de ressentir trois fortes répliques sismiques.

REUTERS - Le milliardaire conservateur Sebastian Pinera prend jeudi ses fonctions de nouveau président du Chili, moins de deux semaines après le violent séisme qui a ravagé le centre-sud du pays, faisant un demi-millier de morts.

La cérémonie de passage du flambeau entre la très populaire Michelle Bachelet et Pinera devait donner lieu en milieu de journée à une cérémonie sobre, par respect pour les familles endeuillées.

L'élection de Pinera marque un virage à droite significatif dans une Amérique latine où toute une génération de dirigeants socialistes ou de centre gauche sont au pouvoir, du Venezuela à l'Argentine en passant par le Brésil.

La présidente argentine Cristina Fernandez et son homologue bolivien Evo Morales seront néanmoins aux côtés de leurs collègues conservateurs péruvien Alan Garcia et bolivien Evo Morales lors de la cérémonie d'investiture.

Mettant entre parenthèses le conflit historique entre leurs deux pays au sujet de l'accès à la mer de la Bolivie enclavée, Pinera et Morales ont participé ensemble jeudi à une rencontre amicale de football.

"L'homme d'affaires dont nous avons besoin"

Pédiatre de formation, Michelle Bachelet quitte le pouvoir avec un taux de popularité record de 84% en dépit des vives critiques sur sa gestion des secours après le séisme du 27 février et les tsunamis qu'il a provoqués.

Les Chiliens espèrent que Sebastian Pinera, un économiste formé à Harvard, saura mettre à profit ses talents pour remettre sur pied, après cette catastrophe, une des économies les plus stables d'Amérique du Sud.

"C'est un homme d'affaires, et c'est ce dont nous avons besoin à l'heure actuelle. Quelqu'un qui crée des emplois pour nos enfants", explique Carlos Fuentes, un pêcheur de 47 ans dont la maison et le bateau ont été emportés par une lame de fond.

Même si les mines de cuivre n'ont pas été affectées par la catastrophe, le vignoble, la pêche et l'industrie de la pâte à papier ont souffert.

Pinera, un ancien sénateur qui a fait fortune dans le secteur des cartes de crédit et l'aéronautique civile, est l'un des hommes les plus riches du monde, selon le magazine Forbes, qui évalue ses avoirs à 2,2 milliards de dollars.

On s'attend qu'il émette des bons du trésor sur le marché international et puisera dans la cagnotte des revenus du cuivre pour financer la reconstruction des zones dévastées par le séisme et les lames de fond.
 


 

Première publication : 11/03/2010

  • CHILI

    Sebastian Pinera élu à la présidence, la droite en liesse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)