Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : l'Afrique de l'Est réclame un nouveau report, des généraux menacent le président

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Grèce: après la victoire Tsipras sacrifie Varoufakis

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Nous continuerons les négociations avec la Grèce"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Pour résister" : un plaidoyer contre toutes les formes d'extrémisme

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Migrants climatiques : les réfugiés du siècle

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Venise au Moyen-Âge : un redoutable guerrier économique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Love and Loss" : le beau retour de Tina Arena

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Crise grecque : un référendum sous haute tension

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Maroc : la robe de la discorde

En savoir plus

FRANCE

Najlae Lhimer, la lycéenne marocaine expulsée en février, est de retour en France

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/03/2010

Najlae Lhimer, une lycéenne marocaine sans papiers expulsée de France vers le Maroc à la fin février, a finalement obtenu un visa français, après que Nicolas Sarkozy a intercédé en sa faveur.

AFP - Najlae Lhimer, la lycéenne marocaine sans papiers expulsée en février de France vers le Maroc et autorisée à revenir par le président Nicolas Sarkozy, est arrivée peu après 11H15 à Orly Sud en provenance de Casablanca, a constaté une journaliste de l'AFP.

Une cinquantaine de personnes l'ont accueillie, parmi lesquelles des membres du réseau Education sans frontières (RESF) tenant des photos de la lycéenne.

Une dizaine de jeunes du lycée Françoise-Dolto à Olivet (Loiret), où la jeune fille est scolarisée, brandissaient une banderole indiquant "le pays des gendarmes et des préfets t'as expulsée. Bienvenue Najlae dans celui de la solidarité et de la fraternité".

Le 20 février, Najlae Lhimer s'était rendue à la gendarmerie de Château-Renard (centre de la France) pour porter plainte pour maltraitance contre son frère, mais elle avait été placée en garde à vue et immédiatement expulsée de France car elle faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français remontant au 24 novembre 2009.

Lundi, journée de la femme, Nicolas Sarkozy s'était dit "prêt à l'accueillir en France si elle le souhaite". Mercredi, la jeune Marocaine a obtenu un visa, délivré par le consulat de France à Rabat.

Première publication : 13/03/2010

COMMENTAIRE(S)