Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

EUROPE

L'éventualité d'un plan de soutien financier européen de nouveau étudiée par l'Eurogroupe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/03/2010

Les ministres des Finances des pays de la zone euro doivent à nouveau se réunir à Bruxelles, ce lundi, pour poursuivre l'élaboration d'un éventuel plan de soutien financier à la Grèce qui s'élèverait à plusieurs milliards d'euros.

AFP - Les ministres des Finances de la zone euro tentent de préciser lundi les modalités d'un éventuel plan de soutien financier de plusieurs milliards d'euros à la Grèce, sur fond de tensions croissantes entre la France et l'Allemagne concernant les priorités économiques du moment.

Les grands argentiers des pays partageant l'euro se réunissent à Bruxelles à partir de 16H00 GMT.

Les pays européens travaillent depuis des semaines sur un tel mécanisme. Deux options seraient désormais sur la table: soit la mise en place d'une facilité de prêts financés par les pays européens, soit la création d'une facilité de prêts financés via des emprunts réalisés par la Commission européenne, avec des garanties des Etats.

Le montant du dispositif se situerait entre 20 et 25 milliards d'euros.

Prudente, la ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, a prévenu samedi qu'elle ne s'attendait "certainement pas à ce qu'une décision soit prise" lundi sur le plan d'aide, "parce que c'est tout à fait prématuré".

Toutefois, "je suis assez optimiste qu'on aura un résultat lundi" sur les options possibles, estime une source européenne, même si les ministres ne communiqueront pas forcément dessus publiquement.

Pressés par la crise grecque, les ministres devraient aussi débattre du projet allemand controversé à plus long terme d'un Fonds monétaire européen, permettant d'aider les pays confrontés à de graves problèmes de financement.

Mais le sujet suscite la discorde en Europe. La Grande-Bretagne juge que ce n'est pas nécessaire et pour la France il ne s'agit pas d'une priorité, comme Mme Lagarde l'a réaffirmé dans une interview publiée lundi par le Financial Times.

Selon la ministre, la zone euro doit d'abord s'assurer que la Grèce respecte les mesures d'austérité auxquelles elle s'est engagée, puis faire montre "d'un peu de créativité et d'innovation" pour utiliser les règles européennes en vigueur afin de renforcer la discipline budgétaire. Pas besoin donc de changer le traité, contrairement à ce que demande l'Allemagne.

La France et l'Allemagne divergent en effet aussi sur la finalité du Fonds monétaire européen, et plus largement sur les priorités économiques de la zone euro.

Les Allemands veulent que cet outil serve essentiellement à durcir la discipline budgétaire des Etats de la zone euro, avec des sanctions renforcées.

"Nous avons besoin du FME parce qu'il nous faut des règles plus contraignantes. Le Pacte de stabilité ne suffit pas", a dit lundi le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble, dans une interview.

Et il faut "en ultime recours, avoir la possibilité de retirer de la zone euro un pays qui ne parvient pas à remettre de l'ordre dans ses finances", a-t-il ajouté.

La France s'agace de cette insistance de Berlin. La coordination économique "ne peut seulement être une question d'application des principes de déficit", a dit Mme Lagarde au Financial Times.

Un même clivage sépare Paris et Berlin au sujet de la nouvelle stratégie économique à laquelle l'Union européenne réfléchit pour les dix ans à venir, avec un "gouvernement" pour la piloter.

Pour la France, les priorités sont ailleurs. Mme Lagarde a critiqué de front lundi l'orientation de l'économie allemande, qui repose trop à ses yeux sur les exportations et la limitation des coûts salariaux, et pas assez sur la demande interne. Un élément de déséquilibre pour l'ensemble de la zone euro à ses yeux.

"Je ne suis pas sûre que ce soit un modèle viable à long terme et pour l'ensemble du groupe" de la zone euro, souligne-t-elle.

Première publication : 15/03/2010

  • GRÈCE

    Nouvelle journée de grève contre le plan d'austérité du gouvernement

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Sarkozy assure Papandréou d'une volonté européenne d'aider Athènes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)