Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel : gouvernement de combat ou équipe de campagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie : accord fragile, situation humanitaire précaire

En savoir plus

TECH 24

Épiderme 3D, actrice bionique : la tech à fleur de peau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris est-elle vraiment une fête ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute des bourses : le spectre de 2008 plane sur les marchés

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Nabil Ayouch

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaires américaines : que proposent les candidats ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : le fantôme de Franco hante toujours l’Espagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ludovic Tézier dans "Il Trovatore" de Verdi à l'Opéra Bastille

En savoir plus

Moyen-orient

La crise israélo-américaine contraint Mitchell à reporter sa visite au Proche-Orient

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/03/2010

La venue à Jérusalem de l'émissaire américain au Proche-Orient est suspendue à la réponse qu'Israël doit fournir aux États-Unis sur le délicat dossier des colonies, à l'origine de la crise entre Tel Aviv et Washington.

REUTERS - L'émissaire américain George Mitchell qui devait se rendre lundi au Proche-Orient, a repoussé sa visite à mardi mais pourrait même ne pas faire étape dans la région, dans un contexte de tension entre les Etats-Unis et Israël, ont déclaré deux responsables américains.

Washington attend une réponse d'Israël, à qui il a demandé de faire la preuve la preuve de son sérieux quant au processus de paix, a indiqué lundi le département d'Etat.

L'annonce d'un programme de construction de 1.600 logements pour des colons juifs à Jérusalem-Est a suscité de vives tensions entre l'Etat juif et les Etats-Unis, qui ont dit
considérer cette décision - divulguée alors que le vice-président Joe Biden était en Israël - comme une insulte.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a adressé la semaine dernière des exigences précises au Premier ministre Benjamin Netanyahu à propos de ce projet et de l'engagement d'Israël à mener des pourparlers de paix indirects avec les Palestiniens, a dit le département d'Etat. Netanyahu a cependant exclu lundi de limiter les constructions dans les environs de Jérusalem.

Sans faire un lien direct avec l'attitude du gouvernement israélien, P.J. Crowley, porte-parole du département d'Etat, a dit que le départ de l'émissaire George Mitchell pour le Proche-Orient, envisagé pour ce lundi, était en suspens. Il a ajouté que Washington attendait une réponse officielle d'Israël.

"George Mitchell a l'intention de se rendre dans la région cette semaine, mais son programme n'est pas encore fixé", a dit Crowley aux journalistes. "C'est une situation indécise. Pour le moment, il est toujours aux Etats-Unis."

Deux responsables ont précisé plus tard que la visite de Mitchell avait été reportée de 24 heures.

Mais cela reste en suspens, ont-ils ajouté, et l'émissaire de Barack Obama pourrait se rendre directement à Moscou pour la réunion du "quartet" de médiateurs sur le Proche-Orient (Russie, Onu, Etats-Unis et Union européenne) à laquelle il doit
participer avec Clinton.

Crowley s'est refusé à indiquer avec précision ce que Clinton avait demandé à Netanyahu. Il a dit que cela se rapportait au projet de Jérusalem-Est, "mais plus encore à (...) la volonté des deux parties de s'engager sérieusement dans le
processus de paix".

Selon un autre responsable, qui a requis l'anonymat, la question de savoir quand Mitchell partira dépend du moment où Israël répondra et du temps disponible pour que l'émissaire en parle dans la région avant de prendre part à une réunion sur le Proche-Orient en fin de semaine à Moscou.

Première publication : 16/03/2010

  • COLONIES

    Malgré la crise avec Washington, Israël persiste

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    "Le projet des colonies israéliennes sape les efforts de paix", selon Joe Biden

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)