Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • La Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

Economie

Google s'autorise quelques libertés avec la censure chinoise

Vidéo par Sébastian SEIBT , Cyrielle ABEHSERA

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/03/2010

Jusqu'alors soumis à l'autocensure, plusieurs mots-clés sont désormais actifs sur la version chinoise de Google. Un changement de politique qui intervient alors que le géant de l'Internet menace de quitter la Chine...

"Tienanmen" et "Tibet Free". Jusqu’à présent soumis à l’autocensure sur google.cn, ces deux mots-clés sont, depuis quelques jours, actifs sur la version chinoise du célèbre moteur de recherche américain. Au risque de s'attirer les foudres des autorités de Pékin.

Les résultats de la recherche, vérifiés par France24.com, sont d’autant plus étonnants que Google avait annoncé, hier lundi, poursuivre les négociations avec Pékin sur le maintien de ses activités dans l'ex-empire du Milieu. Ce début de revirement n’a d'ailleurs pas encore été confirmé par le numéro un mondial de l’Internet.

Nouvelle mise en garde

Google.cn n’est pas pour autant libéré de tous les filtres. Une recherche concernant l’association de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch ne permet toujours pas d’accéder directement au site de l'ONG. Un lien renvoyant vers la page anglophone de Wikipédia – donc non censuré – arrive cependant en deuxième place des résultats. Une requête "Free Tibet" (au lieu de "Tibet Free") n'affiche que des résultats à même de plaire au régime chinois...

Ce changement important sur google.cn, s’il venait à se confirmer, intervient quelques heures seulement après une nouvelle mise en garde de Pékin. Ce mardi, un représentant du ministre chinois du Commerce a en effet indiqué que tout investissement en Chine nécessitait de "se plier aux lois chinoises". En clair, Google doit continuer à censurer ses recherches…

Les résultats actuellement accessibles pour Tienanmen et Tibet Free serait-elle une réponse du berger à la bergère ? Depuis le début de l’affaire, les deux parties campent en tout cas solidement sur leurs positions.

Baroud d’honneur ?

L’annonce en janvier qu’une série d’attaques informatiques avait permis de s’introduire sur les comptes gmail, le service de messagerie de Google, de plusieurs défenseurs des droits de l’Homme en Chine avait soulevé un tollé international. Le géant de Mountain View avait alors expliqué qu’il souhaitait mettre un terme au filtrage de ses résultats. Une liberté qui exposerait le site à des sanctions administratives. Et à sa possible fermeture. La bataille commerciale a même dégénéré en tensions diplomatiques après que le gouvernement américain eut apporté un soutien appuyé au moteur de recherche.

Depuis un mois, Google était engagé dans des pourparlers destinés à trouver une issue à cette crise. La semaine dernière, le "Financial Times" annonçait toutefois que les discussions étaient dans l’impasse. Selon des sources proches du dossier citées par le quotidien britannique, le départ de Google est certaine à "99,9 %". Ce qui fait dire à certains que cette levée partielle de l’autocensure ne serait que le baroud d’honneur du moteur de recherche en Chine.

Première publication : 16/03/2010

  • TECHNOLOGIES

    Google contre la Chine, grands principes contre gros sous

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)