Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

Le ministre allemand de l'Économie réplique aux attaques de Paris

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 16/03/2010

Le grand argentier allemand a répondu aux propos tenus, samedi, par son homologue française. Samedi, Christine Lagarde avait accusé l'Allemagne d'avoir adopté une politique économique néfaste pour l'ensemble de la zone euro.

Attaqué lundi par la ministre française de l’Economie, Christine Lagarde, qui affirmait que l’excédent commercial allemand menaçait la compétitivité dans la zone euro, Berlin a répliqué par média interposé, ce mardi.

C’est "injuste de la part de pays qui, dans le passé, ont vécu au-dessus de leurs moyens et ont négligé leur compétitivité de montrer du doigt d'autres pays", a ainsi riposté le grand argentier allemand, Rainer Brüder, dans un entretien accordé au journal "Frankfurter Allgemeine Zeitung".

"L'Europe affronte la vive concurrence du Japon, des Etats-Unis et d'autres économies. Nous devons aussi rendre nos produits compétitifs. Cela conduit pour les pays industriels comme l'Allemagne à des excédents commerciaux", a insisté le ministre, affirmant que l’Europe avait besoin de plus de réformes comme celles menées en Allemagne.

Dans une interview accordée, lundi, au "Financial Times", la ministre française de l’Economie avait critiqué de front l'orientation de l'économie allemande, estimant que Berlin devrait davantage stimuler sa demande intérieure pour permettre aux autres pays européens d'en profiter.

Christine Lagarde reproche clairement à Berlin d’avoir accru sa compétitivité et favorisé ses exportations en menant depuis 15 ans une politique de compression des coûts salariaux. En d’autres termes, la ministre française accuse l'Allemagne de faire cavalier seul. Des propos qui ont eu l'effet d'une bombe tant le ton adopté par Paris à l'égard de son principal partenaire en Europe est inhabituel.

Des pays de la zone choisissent leur camp entre Paris et Berlin

Face à la crise que traverse la Grèce, plombée par une dette de 300 milliards d'euros, l'Allemagne et la France, les deux premières économies de la zone euro et forces motrices de la monnaie unique, semblent de plus en plus divisées et fébriles. A l'image des autres pays membres de la zone.

Tandis que l’Autriche s’est rangée derrière son voisin germanique, tout comme le commissaire européen à l'Energie, l'Allemand Günther Oettinger, l’Espagne et le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, le Finlandais Olli Rehn, se sont ralliés à la cause française.

Ce dernier a souligné que "les pays disposant d'excédents de leurs comptes courants devraient promouvoir des réformes qui renforcent la demande intérieure", en précisant cependant que des pays comme la Grèce, avec d'importants déficits de leur balance commerciale et de leurs comptes courants, du fait d'une baisse de leur compétitivité, contribuaient aux écarts économiques croissants observés au sein de la zone euro.

La Grèce est confrontée à une profonde crise budgétaire et plusieurs responsables s'inquiètent des répercussions possibles sur le niveau de confiance en l'euro et sur d'autres économies de la zone, Espagne ou Portugal en tête. Mais l’Allemagne, championne de la rigueur budgétaire, ne veut pas favoriser le plus mauvais des élèves de la zone euros tandis que Paris défend une position plus conciliante.

Première publication : 16/03/2010

  • UNION EUROPÉENNE

    L'Eurogroupe a bouclé son plan d'aide à la Grèce

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Christine Lagarde critique la politique économique menée par l'Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)